La révolution iranienne

La grande explication

Publié le 07/05/19Modifié le 06/12/19

Sur le même sujet

Le 8 septembre 1978, des milliers d’étudiants se rassemblent sur la place Jaleh, à Téhéran. Ils protestent contre le pouvoir en place, le régime autoritaire du chah d’Iran, Mohammad Reza Pahlavi, et réclament son départ. L’armée ouvre le feu et tire à vue, faisant de nombreuses victimes. Ce vendredi noir marque le paroxysme d’un mouvement de contestation qui agite le pays depuis huit mois.

Pourquoi les étudiants iraniens protestent-ils contre le régime ?

En 1941, Mohammad Reza Pahlavi succède à son père, Reza Chah Pahlavi, à la tête du pays. Le nouveau monarque entend moderniser l’Iran pour en faire une puissance influente sur la scène internationale. En 1963, il met en place un vaste programme de réformes économiques et sociales. Les infrastructures se multiplient, les femmes s’émancipent et l’Iran s’occidentalise. C’est la révolution blanche.

Mais des voix ne tardent pas à s’élever contre le régime. Elles dénoncent les inégalités sociales de plus en plus profondes, la corruption qui ne cesse de progresser, les atteintes à la Constitution… et les affronts faits à l’Islam. Les fêtes démesurées organisées par le monarque achèvent d’exaspérer la population. Le chah reste pourtant sourd à la colère du peuple et mène une politique de plus en plus autoritaire.

En une décennie, le pays se transforme en une véritable dictature. Les prisons se remplissent et la savak - la police secrète - exerce une répression impitoyable. Pendant ce temps-là, l’ayatollah Khomeini souffle sur les braises pour que la révolution éclate et que soit renversé celui qu’il appelle le « tyran ».

Qui est l’ayatollah Khomeini ?

En 1964, l’ayatollah Khomeini, chef religieux chiite iranien, est contraint à l’exil pour s’être dressé contre le régime du chah. Depuis l’Irak, puis la France, il s’insurge contre l’occidentalisation de la société iranienne et prône l’instauration d’une République islamique. Au travers de ses cassettes audio, largement diffusées, il s’impose très vite comme le guide de la révolution iranienne.

Le 7 janvier 1978, la publication par le gouvernement iranien d’une tribune contre ce leader charismatique met le feu aux poudres. La ville de Qom, première ville religieuse du pays, se soulève. Puis c’est la ville de Tabriz. C’est le début de la révolution iranienne. Les émeutes, de plus en plus massives, se multiplient et des attentats terroristes éclatent.

Durant l’été - et le ramadan -, des milliers de manifestants se rassemblent dans les rues de Téhéran. Parmi eux : des religieux, partisans d’une République islamique et des laïcs, opposants politiques à un régime qui n’a plus rien d’une démocratie. Ils réclament le retour de Khomeini et le départ du chah. Ce dernier amorce une politique d’ouverture, mais les émeutes reprennent. La tension monte d’un cran et le chah décrète la loi martiale. Le lendemain, Téhéran s’embrase. C’est le vendredi noir.

La chute du chah 

Après le vendredi noir, de vastes mouvements de grève paralysent le pays. Le chah nomme un nouveau Premier ministre et tente de former un gouvernement d’union nationale. Mais la contestation demeure et la révolution se poursuit. De nouvelles émeutes, extrêmement violentes, éclatent dans la capitale.

Le 1er février, après quinze années d’exil, l’ayatollah Khomeini est accueilli triomphalement sur le tarmac de l’aéroport de Téhéran. Deux mois plus tard, la République islamique est officiellement proclamée.

 

Découvrez tous les épisodes de La Grande Explication.

Réalisateur : Flore-Anne d'Arcimoles

Nom de l'auteur : Flore-Anne d'Arcimoles

Producteur : INA, France Télévisions, RTS

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :