vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
INA
TV5MONDE
sso_title
sso_description
Histoire05:05

Le front populaire

La grande explication

Au mois de mai 1936, des grèves sans précédent éclatent en France. Pour la première fois, les ouvriers occupent les usines sous les yeux médusés de leurs patrons. Le mouvement se propage chez les commerçants, les garçons de cafés, les coiffeurs, les agriculteurs et ils sont bientôt 2 millions de grévistes à descendre dans la rue ! Dans une ambiance de gigantesque fête populaire, des bals sont organisés dans les usines tandis que des parties de cartes s’improvisent au son de l’accordéon. Surnommés les « grévistes de la joie », ils fêtent la victoire du front populaire, une coalition des partis de gauche aux élections législatives.

Une crise économique mondiale

En octobre 1929, la bourse de New-York s’effondre et une grave crise économique touche les Etats-Unis avant de se propager en Europe. Les démocraties, jugées impuissantes, sont remises en cause et des régimes autoritaires se développent. La menace d’une nouvelle guerre mondiale surgit… En 1931, la France est frappée à son tour. Le pouvoir d’achat diminue drastiquement et une vague massive de chômage s’abat sur le pays. Des centaines de milliers de personnes se retrouvent sans emploi… et sans indemnisation. La classe ouvrière est particulièrement touchée et son niveau de vie ne cesse de chuter.

Une crise politique nationale

Les gouvernements se succèdent mais la crise persiste. Alors, la montée du fascisme atteint l’hexagone : les mouvements d’extrême droite prennent de l’ampleur. Ils veulent en finir avec ce régime parlementaire instable et restaurer un pouvoir fort. L’affaire Stavisky met bientôt le feu aux poudres et provoque une crise politique qui va changer le cours de l’histoire.

L’extrême droite s’empare de l’affaire Stavisky

Le 9 janvier 1934, Serge Alexandre Stavisky, un escroc richissime recherché par la police pour détournement de fonds, est retrouvé mort à Chamonix. L'opinion publique ne croit pas à la thèse du suicide : des hommes politiques de premier rang, complices, l’auraient assassiné pour le faire taire ! Le 6 février, les ligues d’extrême droite s’emparent de l’affaire et organisent une grande manifestation à quelques pas de l'Assemblée nationale pour dénoncer la décadence de la Troisième République. Le rassemblement, d’une grande violence, tourne à l’émeute, faisant de nombreuses victimes.

Socialistes et communistes manifestent ensemble

Dans les jours qui suivent, les partis de gauche dénoncent une tentative de coup d'État fasciste et organisent des contre-manifestations. Le 12 février 1934, militants communistes et socialistes se rejoignent dans un même cortège malgré les différends politiques qui les opposent. La gauche jusqu’alors désunie, se rassemble pour faire front.

Union pour les élections, naissance du front populaire

Le socialiste Léon Blum, le communiste Maurice Thorez et le radical Edouard Daladier forment une alliance électorale en vue des élections législatives de mai 1936. Ensemble, ils veulent transformer la société. Leur slogan ? « Pain, Paix, Liberté » ! Le front populaire est né.

La victoire de l’espoir, le front populaire vainqueur des élections

Le 3 mai, l’unité a payé : le front populaire remporte les élections. Un immense espoir de changement gagne les classes populaires. Léon Blum sera le premier socialiste à la tête d’un gouvernement en France. Mais son investiture n’est prévue que dans un mois… Alors des grèves spontanées éclatent jusqu’à ce que soient signés les accords de Matignon.

Les accords de Matignon ?

Le 7 juin 1936, au lendemain de son investiture, Léon Blum réunit patronat et syndicats pour négocier les réformes sociales tant attendues. Le 8 juin, à 1h du matin, les accords de Matignon sont signés. Les avancées sont considérables : les salaires augmentent, la semaine de travail passe de 48h à 40h, le droit syndical est reconnu, les premiers congés payés font leur apparition… C’est bientôt le temps des premiers départs en vacances et de l’insouciance d’une classe qui découvre le temps libre et la plage.

Front populaire, suite et fin

Mais l’euphorie est de courte durée. La croissance se fait attendre et le chômage reprend de plus belle. Moins d’un an après les accords de Matignon, le Front populaire vacille. Léon Blum se résigne à faire une       « pause » dans les réformes. Le 21 juin 1937 il est contraint de démissionner. En avril 1938, alors que le spectre de la seconde guerre mondiale plane sur l’Europe, Edouard Daladier forme un nouveau gouvernement avec la droite. Le front populaire échoue mais les progrès sociaux, eux, perdurent…

 

Découvrez tous les épisodes de La Grande Explication

Réalisateur : Flore-Anne d'Arcimoles

Nom de l'auteur : Flore-Anne d'Arcimoles

Producteur : INA, France Télévisions, RTS, avec la participation de TV5Monde

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 15/09/20

Modifié le 15/09/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par