vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire30:05

Le roi et la Révolution française (16 juin)

Les cours Lumni - Collège

Dans ce cours, les profs d'histoire-géo Isabelle et José proposent de comprendre l’évolution de la figure du roi dans l’esprit des Français au XVIIIe siècle pour expliquer l’échec de la monarchie constitutionnelle.

Retrouvez le support du cours en PDF.

 

La Révolution française commence en 1789 et s’arrête en 1815. C’est une période de bouleversements violents, politiques, économiques et sociaux. Un roi est un monarque qui dirige un État. À la veille de révolution, la France est une monarchie absolue où le roi concentre tous les pouvoirs : économiques, politiques, militaires, etc. Avant la Révolution française, le roi de France est vu comme un personnage sacré, on le considère comme étant l’élu de Dieu. Pourtant, à la veille de la révolution en 1789, la monarchie française est en crise politique (remise en cause du pouvoir du roi), économique (il n’y a plus d’argent dans les caisses), sociale (beaucoup de famines).

Le roi avec la Révolution ?

Le roi demande alors l’avis du peuple français via des cahiers de doléances installés dans chaque commune. Ensuite, le roi convoque à Versailles les états généraux le 5 mai 1789. Trois ordres sont présents :

  • Le clergé, minoritaire (1% de la population),
  • La noblesse, minoritaire (1% de la population

Ces deux ordres sont privilégiés, c’est-à-dire qu’ils ne paient pas d’impôts et ils ont des emplois réservés.

  • Le Tiers état, majoritaire (98% de la population). C’est l’ordre qui travaille mais qui n’a aucun privilège.

A l’issue de cette réunion, un nouveau système politique se met en place en 1789 : la monarchie constitutionnelle. C’est une monarchie où le pouvoir du roi est limité par une constitution et par un parlement, une assemblée qui vote les lois. Le roi garde le pouvoir exécutif. La famille royale accepte ce changement. La population est contente et continue d’avoir une image positive du roi.

Le roi contre la Révolution  

Mais, Louis XVI subit ces événements plus qu’il n’accepte. Dès 1789, des tensions apparaissent. Par exemple, Louis XVI refuse d’accorder le vote par tête. Le principe : chaque député a une voix au moment de voter les réformes. Cela tend les relations entre le roi et une grande partie des révolutionnaires. Le 21 juin 1791, le roi et sa famille, déguisés, fuient le Palais des Tuileries à Paris pour l’est de la France. Ils souhaitent rejoindre une armée fidèle pour lancer une contre révolution. Ils sont finalement arrêtés à Varennes et ramenés à Paris. La fuite à Varennes provoque un divorce entre le roi et la révolution. Il est placé en résidence surveillée au Palais des Tuileries.

La Révolution sans le roi

À l’Assemblée, certains députés veulent que le roi soit détrôné. D’autres demandent la suppression de la monarchie et la création d’une République. En parallèle, la tension monte dans la population. En août 1792, les Parisiens, en colère, prennent d’assaut le palais des Tuileries. Le lieu est pillé et la foule découvre des lettres du roi dans lesquelles il demande de l’aide à des armées étrangères. L’image du roi est dégradée. A l’issue de son procès en hiver 1792, Louis XVI est condamné à mort. Il est guillotiné le 21 janvier 1793. La révolution prend ensuite le chemin de la République.

 

Le plan du cours

1 – Le roi avec la Révolution ?

2 – Le roi contre la Révolution  

3 – La Révolution sans le roi

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 16/06/20

Modifié le 17/07/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par