Vidéo : OPV drone

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Orientation04:06Publié le 16/03/2023

OPV drone

Dans mon job

Nicolas est pilote de drone. Formation, salaire, avantages et contraintes du métier d'opérateur de drone, il répond aux questions que tu peux te poser.

Le métier de pilote de drone c'est quoi ?

On fait voler une caméra, donc c'est quand même assez fou. Ça demande d'avoir un peu de sens, de rythme, de cadrage, de lumière. On est vraiment à l'équivalent d'une caméra au sol. Il faut savoir régler sa caméra, savoir piloter et savoir donner le bon mouvement au drone. Moi, j'aime bien dire qu'on joue avec la troisième dimension parce qu'on a l'habitude, au tournage au sol, d'être cantonné au sol en 2D. Et là, du coup, on fait voler une caméra. Donc il n’y a plus de limites. A part la législation qui nous plafonne un petit peu.

Quel type de formation suivre pour être pilote de drone ?

Pour ma part, je suis autodidacte, j'ai tout appris un peu sur le tas. Le drone m'est tombé dessus un petit peu par hasard, comme ça, parce que je cherchais à acheter un appareil photo vidéo sur un site d'occasion. Et en tapant le nom de l'appareil photo vidéo, je suis tombé sur la description d'un drone et du coup, ça m'a retourné le cerveau. Je me suis dit : « mais direct, j'y vais, moi ». Je ne me pose même pas la question, si je peux faire voler une caméra, il n'y a pas de problème ! Et puis après, les clients sont arrivés, et j'ai avancé comme ça.

Avantages et contraintes du métier de pilote de drone

Pour pouvoir exercer le métier de pilote de drone, il faut avoir un permis, entre guillemets, avec une partie théorique et une partie un peu plus pratique, qui permet d'avoir les autorisations nécessaires pour voler et pour pouvoir vendre ses images aussi.

Ce qui me fait vibrer dans mon travail, c'est de partir avec la machine, parce que j'ai une intuition sur un paysage, sur une lumière. Enfin, moi, je travaille beaucoup à l'instinct, donc on part avec la machine et puis go, on va faire des images. On va essayer de chopper un peu ce qu'on peut et souvent on revient charger un petit peu d'émotion. L'avantage qu'on a en tant que pilote de drone, c'est qu'on voit aussi les paysages d'une autre manière. Là, on voit vraiment ça comme un oiseau. On va aller chercher des points de vue qu'on n'a pas autrement.

L'aspect préparation n'est pas très intéressant. C'est vrai que quand on aime aller faire du drone, on n'est pas là pour faire de la paperasse. Mais pourtant ça fait partie du métier. On a à peu près un tiers du temps en préparation. Ça peut être préparer la machine, la nettoyer, vérifier que tout va bien, charger les batteries, faire la déclaration de vol… C'est un peu le côté négatif du métier. Mais bon, on va dire que ça, on l'oublie assez vite quand on est sur le terrain et qu'on est là pour faire de la belle image.

Combien peut gagner un pilote de drone ?

On va dire que ça oscille entre 1 500 et 2 000 € par mois à peu près. Je pense que c'est assez difficile de vivre de ça à 100 %. La plupart des opérateurs de drone font aussi de la prise de vues à côté, des prises de vues au sol, ou du montage. Enfin moi, pour ma part, je suis vraiment multicarte. En fait, je vais faire de la préparation de tournage, je vais faire du montage, je vais faire de l'étalonnage.

L'anecdote

Le dernier truc en date qu'on a fait et qui était vraiment dingue, c'était de tourner en pleine tempête à Ouessant : on vole dans 100 kilomètres heure de vent, avec des drones qui sont à la limite du supportable. 100 kilomètres heure, c'est la vitesse limite du drone… donc quand il vole contre le vent à 100 kilomètres heure, il fait du surplace, voire il dérive. On a utilisé les drones de type FPV, donc en immersion, pour voler entre les vagues qui pètent, entre les roches.

Voilà, ça, c'est de l'adrénaline, ça fait ressortir tout un tas d'émotions à l'intérieur de soi. Et puis à la fin, on est rincé, mais on a vraiment vécu une très très bonne journée !

► Découvre les autres métiers de l'audiovisuel avec la série Dans mon job.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner prod

Année de copyright : 2023

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2023

Publié le 16/03/23

Modifié le 16/03/23

Document(s) à télécharger :

Ce contenu est proposé par