Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Français27:42

Femmes de lettres (17 juin)

La Maison Lumni, les cours - Collège

En classe de 3e, nous vous demandons de réfléchir à cette question : comment se représenter, comment dévoiler son intimité à un être cher ? L’écriture est un des moyens de le faire, et si correspondre avec quelqu’un, c’est lui donner des nouvelles, c’est parfois aussi une occasion de se livrer, de s’exprimer le plus précisément possible. 

Dans ce cours, le professeur de français Olivier propose d’étudier les lettres de deux femmes : George Sand et la marquise de Sévigné, la plus grande épistolière du siècle de Louis XIV.

Retrouvez les textes étudiés en PDF.

Lettre de George Sand à Gustave Flaubert (Palaiseau1, mercredi 16 1866)

Eh bien, mon grand ami, puisque vous vous en allez, et que, dans quinze jours, je vas m'en aller aussi en Berry, pour deux ou trois mois, faites donc un effort pour trouver le temps de venir demain jeudi. Vous dînerez avec cette chère et intéressante Marguerite Thuillier2 qui s'en va aussi. Venez donc voir mon ermitage et celui de Sylvestre. En partant de Paris, gare de Sceaux, à 1 heure, vous serez chez moi à 2 heures, ou en partant à 5, vous serez à 6, et le soir vous pourrez repartir avec mes cabots, à 9, ou à 10. 

Apportez l'exemplaire. Mettez-y toutes les critiques qui vous viennent. Ça me sera très bon, on devrait faire cela les uns pour les autres, comme nous faisions Balzac et moi. Ça ne fait pas qu'on se change l'un l'autre, au contraire, car en général on s'obstine davantage dans son moi. Mais, en s'obstinant dans son moi, on le complète, on l'explique mieux, on le développe tout à fait, et c'est pour cela que l'amitié est bonne, même en littérature, où la première condition d'une valeur quelconque est d'être soi.
Si vous ne pouvez pas venir, j'en aurai mille regrets, mais alors je compte bien sur vous lundi avant le dîner.
Sylvanie3 demande la mort de tous les Goulard4. Elle est féroce. Rien n'a pu attendrir ce cœur de bronze. Étaient-ils séduisants, pourtant, ces gaillards-là ! Ah mais non, je n'ai pas eu l'esprit de comprendre pourquoi cette création me fait honneur. Elle est gracieuse, c'est vrai, mais un peu légère, ne trouvez-vous pas ? Le dénouement est risqué. Je vous défie de vous en servir. Au revoir et merci pour la permission fraternelle de dédicace.

_____________________________

1 Georges Sand réside à Palaiseau, à moins d’une heure de Paris, de 1864 à 1869 où l’écrivaine organise de joyeux dîners avec le fils d’Alexandre Dumas, le peintre Eugène Fromentin ou Honoré de Balzac.
2 Actrice de théâtre.
3 Silvanie Arnould-Plessis, autre actrice renommée, amie de Georges Sand.
4 Sand se désigne elle-même, ainsi que les membres de sa famille.

Lettre de Madame de Sévigné à Mme de Grignan6

Aux Rochers, ce mercredi 10 juin 1671.
Enfin ma bonne, je m’en vais vous écrire deux fois la semaine. Je doutais que les lettres du mercredi pussent arriver assez tôt pour partir le vendredi pour la Provence. Nous verrons :
rien n’est impossible à mon petit ami de la poste. Mettez sur vos paquets : « A M. Dubois, etc », afin qu’il n’arrive point de malentendu. 

Je m’en vais donc, ma chère bonne, vous entretenir aujourd’hui de ce qui s’appelle la pluie et le beau temps, car je n’ai vos lettres que le vendredi et j’y réponds le dimanche. Je commence donc par la pluie, car pour le beau temps, je n’ai rien à vous dire : il y a huit jours qu’il fait ici une pluie continuelle ; je dis continuelle, puisqu’elle n’est interrompue que par des orages. Je ne puis sortir. Mes ouvriers sont dispersés chacun chez soi. Mon fils est à Rennes. Je suis dans une tristesse épouvantable. La Mousse est tout chagrin aussi. Nous lisons, cela nous soutient la vie. Nous avons cru qu’il fallait envoyer votre frère à Rennes voir le Premier Président7, et beaucoup d’amis que j’y ai conservés. S’il a du temps, je lui conseillerais d’aller voir M. de Coëtquen8, il est en âge de rendre ces sortes de devoirs. Il y eut encore dimanche un bal à Vitré. J’ai peur qu’il ne trouve de bonne compagnie dix à douze hommes, à qui il donna à souper à la tour de Sévigné9 ; il faut les souffrir mais il se faut bien garder de les trouver bons.
Il y eut une jolie querelle sur un rien. Un démenti se fit entendre ; on se jeta entre deux. On parla beaucoup, on raisonna peu.[…]

_____________________________

6 Mme de Grignan est la fille de Mme de Sévigné.
7 Sous l’Ancien – Régime, chaque région a un parlement. Ici, il s’agit du Président du parlement de Bretagne.
8 Le gouverneur de Saint Malo est le représentant du Roi, dans les provinces.
9 Cette tour fait partie du château des Rochers (Bretagne) dans lequel séjourne Mme de Sévigné en 1671.

Proposition d'activités

  • Imaginez la réponse de Flaubert à George Sand.
  • Écrivez une lettre intime : vous y évoquez votre souci du correspondant. Vous y décrivez également un paysage en vous inspirant d'une marine du XIXe siècle.
  • Écrivez une lettre en évoquant des sujets légers : la pluie et le beau temps, des moments du quotidien. Vous soignerez l'expression en vous inspirant de la lettre de Madame de Sévigné.

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 17/06/20

Modifié le 17/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par