Vidéo : Gutenberg, l’inventeur de l’imprimerie

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:28

Gutenberg, l’inventeur de l’imprimerie

Histoire de réviser

L’invention majeure de l’imprimerie ne doit pas son succès qu’au génie de Gutenberg mais également à tout un contexte technique, économique et culturel. Retour avec Manon Bril sur l’impression de la première Bible en 1454, prouesse technologique qui bouleversa l'accès au livre, et plus généralement, la diffusion des idées nouvelles de l'humanisme.

Les livres avant Gutenberg

Avant le milieu du XVe siècle, les moines copient les livres à la main. La fabrication de ces manuscrits est longue, très longue et les ouvrages sont, par conséquence, très chers ‒ surtout s’ils sont richement décorés : chaque exemplaire est unique et aucun n’est identique.

Une machine permettant de copier un même texte assez vite pourrait améliorer la fabrication des livres. Au XIVe siècle, les Européens découvrent la xylographie (du grec ancien, xylo, qui signifie « bois » et de graphia, « écriture »), déjà connue en Chine depuis 700 ans. La technique de la xylographie consiste à graver une image ou un texte très court dans du bois, à mettre de l’encre dessus et à appliquer le tout sur une feuille ou un tissu. Le procédé a cependant ses limites : graver de nombreuses pages reste très long.

A la Renaissance, la demande en livres explose dans les grandes villes universitaires. Gutenberg trouve alors une solution, inspirée des Coréens : les caractères mobiles réutilisables. Cette technique consiste à disposer séparément tous les caractères nécessaires (lettres, chiffres, ponctuation) afin de composer n’importe quel texte. Cette invention va être une révolution.

L’invention de l’imprimerie

Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg naît vers 1400 à Mayence, en Allemagne. Lorsqu’il s’installe à Strasbourg vers 1430, il réfléchit à la manière d’améliorer le système de la xylographie. Orfèvre de métier, il sait travailler l’or et les métaux. Il conçoit alors une technique qui consiste à tailler en relief un métal très résistant pour lui donner la forme du caractère souhaité.

Ce poinçon est ensuite enfoncé dans un métal plus tendre pour y laisser la forme du caractère, mais en creux. C’est la matrice, le moule dans lequel on va venir couler du métal pour obtenir un exemplaire mobile du caractère. Une fois la page composée avec ces caractères mobiles, on l’enduit d’encre, on pose une feuille dessus et la presse (également perfectionnée par Gutenberg) vient écraser le tout. L’inventeur met aussi au point une encre plus grasse que l’encre de Chine utilisée jusque-là. Elle a l’avantage de moins couler.

L’essor de l’imprimerie

Grâce à toutes ces techniques, le premier ouvrage imprimé en Europe paraît en 1455. C’est la fameuse Bible à 42 lignes de Gutenberg. 180 exemplaires sont produits en trois ans. Dans les années qui suivent, des imprimeries ouvrent un peu partout : en Italie d’abord, puis dans les grandes villes universitaires du Saint Empire, mais également en France. En 1500, 40 villes françaises ont au moins un atelier d’imprimerie. Non seulement cette activité fait vivre tout un petit monde d’artisans (les papetiers, les fondeurs de lettres, les libraires…), mais, en plus, les livres se diffusent grâce à elle un peu partout, ce qui permet la propagation des idées des humanistes ou de la Réforme. Le livre devient alors accessible à un plus grand public et n’est plus réservé exclusivement aux très riches. Plus tard, l’imprimerie permettra l’apparition des premiers journaux, nous faisant entrer dans une société de communication.

Réalisateur : Alexandre Philippe

Nom de l'auteur : Benjamin Valière, Manon Bril, Séverine Bévérini, Bastien Bévérini

Producteur : France Télévisions, Goldenia Studios

Année de copyright : 2019

Publié le 20/03/20

Modifié le 22/04/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par