Vidéo : La diversité des habitats dans le monde

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Géographie06:24Publié le 06/12/2021

La diversité des habitats dans le monde

Echappées belles Junior

Sur la planète, tous les hommes ont les mêmes besoins essentiels : se nourrir, se soigner et se loger. S'ils ont les mêmes besoins, les êtres humains ont des cultures et des modes de vie très variés. Cette diversité s’observe dans le monde entier, au travers des différentes formes d’occupation spatiale. C’est une manière d’habiter un territoire.

Les formes d’occupation spatiale.

Plusieurs éléments appelés « facteurs » expliquent cette diversité d’occupation spatiale :

  • Des facteurs physiques, liés à une situation géographique, en fonction du climat, du relief et des contraintes naturelles.
  • Des facteurs historiques et culturels. Chaque forme d’habitat est à l’image d’un pays et de son histoire.
  • Enfin, les facteurs économiques et démographiques. Les activités de production, les inégalités de richesse et la densité de population sont des éléments qui expliquent eux aussi la variété des habitats dans le monde.

Shanghai : une métropole à l’aménagement vertical

La ville de Shanghai est une des plus grandes villes au monde. Elle est aussi la ville la plus peuplée de Chine, avec plus de 26 millions d’habitants. La ville concentre une population nombreuse sur un espace réduit. On dit que la densité de population y est forte. La densité, c’est le nombre d’habitants par km2. A Shanghai, cette densité est  supérieure à 4 400 habitants par km2, sans compter les banlieues proches de la ville. C’est trois fois plus qu’à Pékin.

Ici, l’habitat est principalement vertical. Immeubles, gratte-ciels,... la ville de Shanghai est construite tout en hauteur, afin de pouvoir loger ses habitants.Dans le quartier d’affaires de Pudong, le paysage formé par ces bâtiments immenses et futuristes attirent les visiteurs. C’est le cas de la tour de Shanghai. Avec ses 632 mètres de hauteur, soit deux fois la hauteur de la tour Eiffel, la tour est si haute qu’elle a la tête dans les nuages. Wu, l’un des architectes qui a participé à sa création, explique la nécessité de construire toujours plus haut, car l’urbanisation est très rapide en Chine et l’espace, très limité. Si l’habitat vertical est très répandu dans les grandes villes du monde, aucune ne se ressemble.

L’habitat horizontal dans les espaces ruraux

Direction l’Amérique du Sud pour découvrir le lac Titicaca. Situé dans la Cordillère des Andes, entre le Pérou et la Bolivie, il est le lac le plus haut du monde, il se situe à 3 812 mètres d’altitude. Sur la rive péruvienne, se trouvent les îles Uros. Ce sont des îles artificielles, entièrement construites par l’homme. Aujourd’hui, près de 2 000 personnes descendant du peuple Uros et des Amérindiens Aymaras vivraient sur ces habitations flottantes. On les surnomme le peuple des roseaux, car leurs îles, tout comme leurs habitations, sont construites à partir de cette plante.

Castulo est artisan. Il habite sur le lac. Aujourd’hui, il va chercher sa matière première, dans la roselière. Les plus grands roseaux mesurent 3 à 4 m de haut. Un matériau indispensable, car les roseaux servent à maintenir les habitations à flot. Mais une fois coupés, ils se fragilisent, il faut donc régulièrement les changer.

On se déplace d’îles en îles grâce à des pirogues ou à des petites embarcations plus modernes. Une épicerie flottante fait le tour des îles pour ravitailler les habitants en fruits et légumes.

 

Sur l’eau ou près des nuages, en ville comme à la campagne, les habitants du monde entier occupent l’espace de manières très variées. Ces différentes formes d’habitats sont à l'image de nos sociétés : diverses et en constante évolution.

A retenir

  • Il existe différentes formes d’occupation spatiale. Une forme d’occupation spatiale, c’est une manière d’habiter un territoire, de vivre dans un lieu au quotidien.
  • Dans les grandes villes, on observe un habitat vertical pour accueillir une population de plus en plus importante sur une surface réduite, on construit des bâtiments de plus en plus haut.
  • Habiter un espace, c’est aussi s’adapter à son environnement naturel. C’est le cas du peuple des roseaux par exemple.

Réalisateur : Mallorie Lambilliotte

Producteur : Bo Travail !

Année de copyright : 2021

Publié le 06/12/21

Modifié le 06/12/21

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte