icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Regarde cette vidéo et gagne facilement jusqu'à 15 Lumniz en te connectant !

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

->   En savoir plus
Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques04:45Publié le 08/12/2023

Le Liban, objet de convoitises multiples

Géopoliticus

Avec un peu plus de 5 millions d’habitants, le Liban, possède une longue façade maritime et d’importants massifs montagneux. Le pays partage ses frontières avec la Syrie à l’est, et Israël au sud. Sa situation géographique enviée en fait l’objet de nombreuses convoitises.

Le Liban, un Etat multiconfessionnel

Le pays, dans ses frontières actuelles, est issu du découpage de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale. En 1920, le Liban est sous mandat français, puis devient indépendant en 1943.
Ce qui rend le Liban assez unique sur la scène internationale, c’est l’existence de plusieurs communautés religieuses. Les 3 communautés les plus importantes sont :

  • les chiites
  • les sunnites
  • les chrétiens maronites

Mais aucune d’entre-elles n’est largement majoritaire dans le pays. En 1943, à l’indépendance, le Pacte national, un pacte non-écrit entre chiites, sunnites et maronites, va instaurer un système politique assez rare dans le monde : le confessionnalisme. Ce système répartit proportionnellement les responsabilités institutionnelles en fonction des affiliations religieuses. Ainsi, la présidence du pays est depuis 1943 réservée à un chrétien ; la présidence du Parlement à un chiite ; et la fonction de Premier ministre à un sunnite.

Nombreux rapports de force et une stabilité politique libanaise fragile

  • Jusque dans les années 1970, ce système singulier a été une garantie de stabilité malgré de multiples tensions. C’est le cas, dès 1948, lorsque plusieurs centaines de milliers de Palestiniens, majoritairement musulmans, se réfugient dans le pays à la suite de la création de l’État d’Israël. Mais cette situation va se détériorer au fur et à mesure que les rapports de force se modifient. D’abord, les chiites deviennent graduellement de plus en plus nombreux dans le pays, et revendiquent de ce fait une place plus équitable dans les institutions.
  • Ensuite, les rivalités exacerbées entre communautés, avivées par la présence renforcée des Palestiniens, débouchent sur une sanglante guerre civile à partir de 1975.
  • Par le jeu des alliances, de nombreuses interventions des pays voisins vont amplifier le chaos : la Syrie, en 1976, installe ses troupes à la demande des chrétiens ; Israël en 1982, envahit le Liban pour éliminer les bases palestiniennes ; l’Iran, lui, soutient la création du Hezbollah, parti chiite créé à la suite de cette invasion. Cette guerre se termine en 1989.
  • En 2011, la guerre en Syrie va servir d’étincelle pour rallumer le brasier libanais. 1,5 million de réfugiés syriens vont passer la frontière. Le Hezbollah, qui participe aux différents gouvernements depuis 2005, soutient militairement Bachar Al-Assad, le dirigeant syrien. Le pays doit alors lutter contre des groupes djihadistes syriens. Ce conflit cesse en 2017.

► Aujourd’hui la situation au Liban est considérablement dégradée. Le pays est plongé dans une grave crise économique depuis 2018. En 2019, une révolte éclate et mène à la démission du Premier ministre Saad Hariri. Depuis, les gouvernements s’enchaînent. Le Liban est aujourd’hui un Etat failli, miné par la corruption, sans perspective d’amélioration à moyen terme.

👉 Découvre toutes les vidéos de la série Géopoliticus.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Didier Billion

Producteur : France Télévisions, Producteur exécutif : Corner Prod

Année de copyright : 2023

Année de production : 2023

Publié le 08/12/23

Modifié le 18/12/23

Ce contenu est proposé par