icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Regarde cette vidéo et gagne facilement jusqu'à 15 Lumniz en te connectant !

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

->   En savoir plus
Actualité03:14Publié le 01/02/2024

Migrations climatiques : le défi du XXIe siècle

Décod'actu

Cyclones, inondations, tempêtes, sécheresses, montées des eaux... chaque année de plus en plus de personnes sont contraintes de fuir leur foyer, à cause du changement climatique. L'immense majorité de ces migrants climatiques ne franchit pas de frontières. Ils cherchent refuge à l'intérieur de leur propre pays.

L'état des lieux

En 2022, les catastrophes naturelles ont poussé 32,6 millions de personnes à quitter leur domicile. Près de 9 millions de plus qu'en 2021.

Tous les pays sont touchés, mais les catastrophes naturelles sont plus dévastatrices en Asie du Sud avec 12 millions de déplacés en 2022, ainsi qu'en Asie de l'Est et Pacifique, et en Afrique subsaharienne.

Les événements météorologiques

La plupart de ces déplacements forcés sont dus à des événements météorologiques extrêmes, comme des tempêtes ou des inondations. Par exemple, des pluies dévastatrices ont submergé un tiers du Pakistan pendant la saison des pluies de 2022, affectant 33 millions de personnes. Les conséquences ont été catastrophiques : 

  • 1 700 morts
  • près de 3 millions de maisons détruites
  • des cultures ravagées
  • plus d'1 million d'animaux d'élevage décimés
  • la population a souffert de malnutrition et d'infections liées au manque d'hygiène
  • 7,9 millions de personnes ont été déplacées.

Réchauffement et changement climatique

Le changement climatique accélère la fréquence et l'intensité des événements météorologiques extrêmes. Il dégrade aussi fortement les conditions de vie dans certaines régions. Ainsi la montée des eaux, l'augmentation des températures, la baisse des précipitations appauvrissent les sols, et diminuent la quantité d'eau disponible. Les habitants sont alors peu à peu poussés à l'exil. Selon la Banque mondiale, le changement climatique va être responsable de la migration de 216 millions de migrants d'ici 2050, si rien ne change.

Les conséquences au Bangladesh

Bhola, la plus grande île du Bangladesh, a déjà perdu la moitié de sa surface à cause de la montée des eaux. Le reste de l'île subit des inondations, des crues qui propagent de l'eau de mer, salée, sur les sols, les rendant peu à peu incultivables. Ses habitants fuient et viennent grossir les bidonvilles de Dacca, la capitale du pays, qui n'a pas été pensée pour les accueillir. Electricité, eau potable, évacuation des déchets, des eaux usées, transports, hôpitaux... comme dans beaucoup de villes, les infrastructures, comme le marché du travail, ne sont pas adaptées à des afflux soudains de nouveaux arrivants ayant parfois tout perdu. 

Limiter les migrations climatiques

Il est encore possible de limiter ces migrations forcées. Selon la Banque mondiale, 173 millions de migrants potentiels d'ici 2050 peuvent être évités si :

  1. on réduit drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, responsables du dérèglement climatique
  2. on limite à 2 °C la hausse des températures par rapport à l'ère pré-industrielle.

👉Si tu veux en savoir plus sur l'histoire des migrations

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Cécile Bontron

Producteur : France Télévisions, Corner Prod

Année de copyright : 2024

Année de production : 2024

Publié le 01/02/24

Modifié le 01/02/24

Ce contenu est proposé par