Vidéo : Les Ouïghours, un peuple victime de la répression de la Chine

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Les Ouïghours, un peuple victime de la répression de la Chine

Decod'actu

Internements massifs, répression religieuse, contrôle étatique des naissances… Sommes-nous en face d’un génocide culturel et démographique ? Nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour dénoncer le sort réservé aux Ouïghours.

Qui sont les Ouïghours ?

Parlant leur propre langue, majoritairement musulmans, les Ouïghours sont l’une des 56 minorités ethniques reconnues en République populaire de Chine où prédomine l’ethnie « historique » Han.

On compte de 12 à 20 millions de Ouïghours qui vivent principalement au Xinjiang, également appelée Turkestan oriental, l’une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine.

Il existe chez les Ouïghours un sentiment identitaire fort, basé sur la culture, la langue et la religion. Ce sentiment s’exprime au moins depuis le XIXe siècle à travers des révoltes contre les occupations étrangères.

Aujourd’hui, les Ouïghours reprochent au gouvernement chinois de coloniser le Xinjiang en faisant venir des Hans qui occupent les postes à responsabilité et dominent l’économie.

Pourquoi la Chine revendique-t-elle le territoire des Ouïghours ?

Depuis la création administrative de la province en 1955, les tensions se sont affirmées. Elles ont atteint leur paroxysme à la fin des années 2000, entre attentats meurtriers et répression.

Les informations en provenance de Chine étant contrôlées par les autorités, il est difficile de saisir les détails des événements. La question de l’indépendance et celle des revendications islamistes sont mêlées. Les autorités chinoises mettent en avant le terrorisme islamiste – réel, notamment autour du Parti islamique du Turkestan, lié à Al-Qaïda – , mais les défenseurs des Ouïghours dénoncent une instrumentalisation.

Les Ouïghours victimes de la répression chinoise 

De fait, la répression au Xinjiang a pris depuis 2015 des proportions inédites. En novembre 2019, la presse internationale confirme ce que des témoignages d’Ouïghours dénoncent depuis plusieurs années. Outre des camps de « rééducation », dans lesquels de 1 à 3 millions de Ouïghours seraient soumis à de véritables lavages de cerveau, des règlementations contestées ont été introduites : interdiction de parler la langue ouïghoure dans certains lieux, interdiction du voile islamique et du port « anormal » de la barbe, interdiction de donner certains prénoms musulmans aux nouveau-nés, contrôle très strict des naissances, notamment.
Les défenseurs des droits de l’homme et la diaspora ouïghoure en exil dénoncent un véritable « génocide culturel », comme au Tibet. Ils évoquent aussi les pressions des autorités chinoises sur les Ouïghours installés à l’étranger.

La communauté internationale interpellée par la question ouïghoure

Du côté de la communauté internationale, seuls les États-Unis ont pris des sanctions contre la Chine sur la question ouïghoure. Quelques dénonciations officielles se sont fait entendre par ailleurs : des ONG réclament une enquête à l’ONU, et la France, a demandé le 28 Juillet 2020,, une mission internationale avec des observateurs indépendants, sous la houlette des Nations unies.

Faire la lumière sur la répression des Ouïghours par Pékin, est une urgence impérieuse.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Jérôme Anciberro

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 05/01/21

Modifié le 08/01/21

Ce contenu est proposé par

Tu aimeras aussi...