Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Questionner le monde04:56

P comme Pelecanimimus

Ralph et les dinosaures

Le Pelecanimimus vivait durant une période que l'on appelle aujourd'hui le Crétacé, il y a 122 millions d'années. Son squelette a été retrouvé en Europe, en Espagne précisément.

Grâce à ses fossiles, on sait que le Pelecanimimus avait une large poche sous la gorge, d'où son nom signifiant « imitateur du pélican ». Elle lui servait peut-être à réguler sa température en cas de forte chaleur, comme le pélican qui pour se rafraichir fait vibrer sa gorge. Grand comme une moto, le Pelecanimimus était aussi lourd qu'environ 18 pélicans. Il appartient au groupe des ornithomimosaures, comme le Struthiomimus et le Gallimimus, que l'on appelle aussi des « dinosaures autruches ». Contrairement à la plupart de ses cousins, le Pelecanimimus avait plus que 200 minuscules dents, contre 0 pour les autres membres de sa famille. Mais sa poche et sa belle dentition ne nous disent pas ce qu'il mangeait précisément. Son squelette ayant été trouvé dans des roches au fond d'un lac, peut-être péchait-il du poisson ? Ses jambes longues et puissantes lui permettaient de courir très vite.

Comment connaît-on la démarche des dinosaures ?

Longtemps, les dinosaures ont été représentés comme figés ou extrêmement lents, mais l'étude de leurs squelettes contredit cette théorie, tout comme leurs empreintes, que l'on retrouve parfois à la verticale. La Terre ayant beaucoup bougé depuis les dinosaures, les roches se sont déplacées et donc les empreintes aussi. Rattacher chaque trace à un dinosaure est pour l'instant impossible. Par contre, les paléontologues peuvent établir le type d'animal en question. Ils en déduisent son nombre de pattes, son poids, sa taille et même à quelle vitesse il se déplaçait. Pour cette dernière information, il suffit de mesurer la distance entre les empreintes et d'effectuer un petit calcul mathématique.

Des dinosaures rapides et agiles

Les dinosaures étaient donc bien plus agiles qu'on ne le pensait. Certains étaient même sacrément rapides. Le Compsognathus, par exemple, allait jusqu'à 64 km/h, contre 38 pour le Velociraptor. Le Pelecanimimus devait aller aussi vite qu'une autruche, soit 55 km/h. Il faut cependant se rappeler que ces chiffres ne sont que des estimations, pour connaître les vitesses réelles, il faudrait une vraie course et surtout de vrais dinosaures, vivants !

Les empreintes nous informent donc sur les déplacements des dinosaures, mais aussi sur leur mode de vie. Celles-ci, par exemple, montrent que les adultes marchaient à l'extérieur du troupeau, probablement pour protéger les plus jeunes. Ces traces sont vraiment très importantes pour les paléontologues. Elles leur ont permis de déduire que les dinosaures vivaient partout, y compris dans les régions les plus extrêmes, mais ça, c'est une autre histoire !

Réalisateur : Marcel Barelli

Nom de l'auteur : Marcel Barelli et Magali Pouzol

Producteur : Nadasdy Film - Vivement Lundi

Année de production : 2017

Publié le 02/05/19

Modifié le 07/11/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par