vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Français32:31

Le quiproquo dans la comédie autour de « L'Avare » de Molière (10 avril)

Les cours Lumni - Collège

Laurent, professeur de français, s'intéresse dans ce cours à L'Avare de Molière, dans le cadre de l’objet d’étude « Avec autrui, famille, amis, réseaux ». Cette pièce en cinq actes écrite par Molière en 1668 met en scène les relations complexes qui découlent de cette volonté paternelle de posséder, l’argent comme les êtres, d’agir en tyran domestique et qui fait naître conflits et oppositions avec les enfants devenus jeunes adultes.

Le langage conditionne les relations familiales, tel que le souligne le dramaturge, car il est la source et le vecteur de plusieurs confrontations entre les personnages durant la pièce tel que c’est le cas
dans la scène 4 de l’acte I où deux logiques discursives, celle du père et celle de ses enfants, s’entendent puis se méprennent jusqu’à la rupture.

Retrouvez le cours et les textes étudiés en PDF.

Qu'est-ce que l'avarice ? 

Selon le dictionnaire (Larousse et Littré), l’avarice (emprunté. au lat. avaritia, dep. Plaute au sens de « désir de garder l'argent amassé ») désigne le caractère de quelqu'un qui restreint à l'excès ses dépenses, le désir excessif d’accumuler, un état d’esprit qui consiste à ne pas vouloir se séparer de ses biens et richesses.

Quel sens prend-t-elle dans notre langue courante ?

  • caractère de quelqu'un qui restreint à l'excès ses dépenses,
  • désir excessif d'accumuler,
  • état d'esprit qui consiste à ne pas vouloir se séparer de ses biens et de richesses.

Quelles représentations l’art offre-t-il de l’avarice ?

L’observation de quelques oeuvres artistiques et les siècles permet de compléter quelques invariants caractérisques. Ainsi Jérôme Bosch, dans son tableau Les sept péchés capitaux (1480), représente
l’avare sous les traits d’un juge corrompu lors d’un procès , accentuant la condamnation morale, l’avarice étant l'un des sept péchés capitaux définis par le catholicisme.
Eugène Viollet-le-Duc la fait apparaître dans un panneau sculpté de la cathédrale de Sens et nommé L'Avarice personnifiée (1856) : c’est une femme aux cheveux dispersés sous un lambeau
d'étoffe, la main droite crispée et crochue, la main gauche maintenant un coffre et sous ses pieds, des sacs pleins d'écus.
Dans toutes ces oeuvres, l’avarice est représentée avec l’objet de son vice, l’argent ; c’est une femme ou un homme pourvu de doigts crochus pour mieux capter, attraper et conserver ensuite
précieusement bourse, coffre ou sac. A la lumière de ces premiers éléments, nous voilà donc au seuil de cette maison bourgeoise parisienne où va se jouer cette partie d’histoire familiale centrée
autour de la figure paternelle de l’avare.

Retrouvez le résumé de L'Avare.

 

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 10/04/20

Modifié le 07/07/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par