Vidéo : Agnès l'ingénue, dans « L’École des femmes »

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Français07:23Publié le 09/05/2022

Agnès l'ingénue, dans « L’École des femmes »

Les femmes chez Molière, ni précieuses ni ridicules !

De toutes les femmes de l’œuvre de Molière, Agnès est sans doute la plus naïve. Elle pense d’ailleurs au début de la pièce, qu’on fait les enfants par l’oreille ! Est-elle sotte pour autant ? Non.

Qui est Agnès ?

Arnolphe, son père adoptif, l’a mise au couvent, un lieu coupé du monde... Pas étonnant qu’on n’en sorte en ne sachant rien de la vie ! Arnolphe a voulu qu’elle devienne stupide et peureuse, afin d’en faire sa femme, la plus soumise possible. Quel personnage infâme !

Mais c’est une comédie, et Molière va se venger de lui ! Parti en voyage, Arnolphe laisse Agnès seule, dans une maison secrète, avec ses domestiques.

L’innocence d’Agnès

« J'étais sur le balcon à travailler au frais :

Lorsque je vis passer sous les arbres d'auprès

Un jeune homme bien fait, qui rencontrant ma vue,

D'une humble révérence aussitôt me salue.

Moi, pour ne point manquer à la civilité,

Je fis la révérence aussi de mon côté.

Soudain, il me refait une autre révérence.

Moi, j'en refais de même une autre en diligence ;

Et lui d'une troisième aussitôt repartant,

D'une troisième aussi j'y repars à l'instant.

Il passe, vient, repasse, et toujours de plus belle

Me fait à chaque fois révérence nouvelle. »

De révérence en révérence, Agnès découvre l’amour ! Arnolphe va devenir jaloux de ce jeune homme, Horace, le fils d’un de ses amis qui ne connaît personne à Paris, et qui devient son confident. Horace ne sait pas que c’est Arnolphe qui tient Agnès prisonnière. Le quiproquo dure jusqu’à la fin de la pièce.

Arnolphe, lui, doit donc se dépêcher d’épouser Agnès. Il va lui imposer le mariage, contre son gré. Horace décide d’enlever Agnès et demande à Arnolphe de la cacher en lieu sûr. Ce dernier dissimule son visage puis se démasque et hurle contre Agnès, dont la sincérité le rend fou.

L’évolution d’Agnès et le triomphe de l'amour

Agnès

« Mon Dieu, ce n'est pas moi que vous devez blâmer;

Que ne vous êtes-vous comme lui fait aimer ?

Je ne vous en ai pas empêché, que je pense. » 

Arnolphe

« Je m'y suis efforcé de toute ma puissance;

Mais les soins que j'ai pris, je les ai perdus tous. » 

Agnès

« Vraiment il en sait donc là-dessus plus que vous;

Car à se faire aimer il n'a point eu de peine. »

Arnolphe

« Voyez comme raisonne et répond la vilaine.

Peste, une précieuse en dirait-elle plus?

Ah! je l'ai mal connue, ou ma foi là-dessus

Une sotte en sait plus que le plus habile homme »

Arnolphe avait tout fait pour qu’Agnès soit idiote, la voici plus maline que lui. Elle lui tient tête, d’ailleurs, sans être rebelle, ni fière : elle lui dit avec cœur qu’Horace est l’homme qu’elle aime. Et si Arnolphe est si jaloux, il n’avait qu’à se faire aimer aussi délicatement que lui !

On voudrait qu’elle soit sotte, elle est innocente et ignorante, mais elle raisonne. Le personnage d'Agnès évolue, prend confiance et s’impose face à son tuteur.

 

► Découvrez les autres personnages des Femmes chez Molière, ni précieuses ni ridicules !

► En savoir plus avec la vidéo Molière le défenseur des femmes et notre dossier sur Molière.

Réalisateur : David Unger

Producteur : Le Grizzly

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2022

Publié le 09/05/22

Modifié le 09/05/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau
Reprise de lecture Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !