Vidéo : Evaluer le déplacement des plaques lithosphériques : la théorie de la dérive des continents

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Evaluer le déplacement des plaques lithosphériques : la théorie de la dérive des continents

Sciences de la vie et de la Terre 3e

Pour préparer l’épreuve de SVT au brevet, nous vous proposons un bilan des connaissances à savoir concernant la théorie de la dérive des continents.

Alfred Wegener à l’origine de la théorie de la dérive des continents.

Pour rappel, la surface de la Terre est découpée en certain nombre de plaques lithosphériques. Ces plaques sont mobiles, c’est-à-dire qu’elles se déplacent les unes par rapport aux autres.

Alfred Wegener, scientifique du début du XXe siècle, a été le premier à avoir parlé de mobilité des continents. Il a émis la théorie de la dérive des continents selon laquelle les plaques des continents se déplaceraient les unes par rapport aux autres et flotteraient sur quelque chose pas identifiée.

La concordance des formes des côtes

Le premier argument d’Alfred Wegener est d’observer la forme des continents. C’est ce qu’on appelle la concordance des formes des côtes.

En regardant la carte actuelle des continents, vous remarquez que les formes de certaines côtes sont très complémentaires, à l’image des pièces d’un puzzle. C’est le cas de la côte est de l’Amérique du sud et de la côte ouest de l’Afrique. Wegener a déduit que les continents étaient réunis en un seul bloc il y a très longtemps. Il a appelé ce continent unique la « Pangée ». Ce bloc se serait disloqué et les différents morceaux (les continents) se seraient éloignés ensuite au cours du temps. Il a évalué l’âge de la Pangée à environ 250 millions d’années.

La concordance des peuplements

Le deuxième argument de Wegener est la concordance des peuplements. Il s’est intéressé aux fossiles (animaux et végétaux), c’est-à-dire aux restes d’êtres vivants retrouvés en Afrique et en Amérique du sud. Il a remarqué que les fossiles qui remontent à 250 millions d’années, montrent qu’il y a eu les mêmes peuplements en Afrique et en Amérique du sud. Son interprétation : les deux continents étaient réunis à cette époque et les espèces animales et végétales peuplaient un seul milieu. Ce milieu unique se serait ensuite découpé en deux morceaux continentaux qui se sont éloignés par la suite lorsque la Pangée s’est disloquée.

La concordance des structures géologiques

Le dernier argument de Wegener est la concordance des structures géologiques. Il s’agit d’étudier des structures, par exemple des gros ensembles de roches (des « boucliers géologiques ») qui remontent à deux milliards d’années. Là aussi, Alfred Wegener a repéré une sorte de continuité entre les boucliers américains et les boucliers africains. Deux petits morceaux des boucliers africains se trouvent aujourd’hui en Amérique du sud.

Alfred Wegener avait d’autres arguments. Aujourd’hui, il est considéré comme le père de la théorie de la dérive des continents. Ces continents, réunis au départ dans le super-continent de la Pangée, se seraient disloqués et déplacés en flottant à la surface de quelque chose qu’il n’avait pas identifié.

 

La théorie de Wegener de la dérive des continents n’a pas été admise tout de suite par la communauté des scientifiques. Il a fallu plus de quarante ans pour qu’on s’intéresse à nouveau aux idées d’Alfred Wegener. Les recherches ont repris et ont abouti finalement à cette idée de plaques lithosphériques qui se déplacent les unes par rapport aux autres. À la différence des continents de Wegener, ces plaques lithosphériques sont des ensembles à la fois continentaux et océaniques dont on a observé une certaine mobilité les uns par rapport aux autres.

Réalisateur : Les Bons Profs

Producteur : Les Bons Profs

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Publié le 21/09/20

Modifié le 21/09/20

Ce contenu est proposé par