Vidéo : L'esclavage en Corse sous Napoléon

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

L'esclavage en Corse sous Napoléon

Clin d'œil en Méditerranée

Au début du XIXe siècle, 422 Antillais sont déportés vers la Corse. Bourgeois, boulangers, couturières et bien d’autres encore sont déracinés, sur ordre de Napoléon Bonaparte qui s’oppose à l’abolition de l’esclavage. Retour sur une histoire de France qui ne fait pas la fierté de la République.

La déportation des esclaves en Corse par Napoléon

En 1769, l’Ile de Beauté est le centre stratégique du commerce et de la circulation dans le bassin méditerranéen. On ambitionne d’exploiter ses terres pour y faire pousser du café, du coton et de l’indigo. En annulant l’abolition de l’esclavage le 20 mai 1802, Napoléon fait déporter 183 Guadeloupéens et 239 Haïtiens qui luttaient contre le retour de l’esclavagisme. Ces Antillais représentent pour lui une main-d’œuvre forcée considérable et peu coûteuse pour exploiter la Corse. L’idée est de leur faire construire des routes et notamment la route nationale 193 qui traverse l’île, afin de faciliter le transport des pins servant à la construction des mâts des navires. Les premiers exilés débarquent sur l’île en 1802 et sont logés à Ajaccio et Bocognano. Ils sont progressivement employés à effectuer de plus en plus de tâches, dont la fortification des ports et l’assèchement des marais.

Que sont devenus ces déportés ?

Une question à laquelle il est difficile de répondre tant les documents sur le sujet sont rares. Une certitude est que la mortalité est élevée à cause de la construction de routes dans les montagnes du col du Vizzavona, en plein cœur de la Corse. En effet, à 1000 m d’altitude, sous la neige et dans le froid, les conditions étaient très défavorables. Quelques-uns ont été épargnés des chantiers pour être domestiques, infirmiers ou artisans ; et parmi eux certains ont été libérés. D’autres encore ont réussi à s’échapper. Puis, après de longues années d’esclavagisme, le décret d’abolition de l’esclavage est enfin signé le 27 avril 1848. Si une page de l’histoire de France est tournée, elle n’en reste pas moins un des épisodes les plus honteux que l’on préfère taire.

Réalisateur : Laure Coeroli Fernandez

Nom de l'auteur : Anne-Laure Gérôme

Producteur : France 3 Corse ViaStella

Diffuseur : France 3 Corse ViaStella

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Publié le 11/02/21

Modifié le 08/04/21

Ce contenu est proposé par