Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire30:23

La Grande Guerre (1914-1918) - Militaires et civils dans la guerre (8 juin)

La Maison Lumni, les cours - Collège

De quelle façon les militaires et les civils sont-ils impliqués dans la Première Guerre mondiale ? Explications avec Pierre, professeur d'histoire-géographie.

Téléchargez en PDF : 

Le plan du cours

Introduction

En 1914, coexistent deux systèmes d’alliances très différents : les Centraux contre les Alliés.

Ils partagent le même sentiment d’agression de part et d’autre :

  • Entkreisung (encerclement) allemand et « Revanche » française.
  • Course aux armements et course aux effectifs (le dreadnought en 1906, la loi de trois ans en 1913).
  • Fin du « splendide isolement » britannique, Entente cordiale (1904) et accords anglo-russes (1906).
  • « Union sacrée » en France et Burgfrieden (trêve politique) en Allemagne.

Les plans sont prêts depuis le début du XXe siècle (leçons des guerres russo-japonaise et balkaniques) :

  • Plan XVII français (offensives en Lorraine et en Alsace, accords militaires franco-russes de 1892 et 1912, accords navals franco-britanniques de 1912-1913).
  • Plan Schlieffen allemand (« Renforcez l’aile droite … »).

I. Les opérations militaires : quatre ans de siège des Empires centraux

A - La primauté du front occidental : la guerre française

  • L’entrée en guerre, les premières défaites, la Marne.
  • La guerre de tranchées et l’épuisement : Verdun et la Somme.
  • L’échec des offensives et les mutineries : la terrible année 1917.

B - La fin de la guerre : des offensives puissantes et meurtrières

  • Un « Chemin des dames » allemand.
  • L’initiative aux Alliés.
  • Les derniers combats sur le sol français.

C - A l’est, en Europe centrale, sur le théâtre maritime : la Révolution et la mer

  • Le front russe : opérations et désagrégation.
  • L’Europe centrale : imbroglio balkanique et révolution bolchévique.
  • La Grande Guerre sur mer : le théâtre de la victoire (l‘échec de la bataille de surface, la guerre sous-marine, les convois).

II. Le front et l’arrière : « Pourvu qu’ils tiennent ! »

A - La vie du soldat : le front et l’ « arrière-front »

  • Une vie rythmée par la guerre.
  • L’ « arrière-front » des combats.
  • Les fantassins et la ligne de feu.

B - L’arrière de l’ « arrière-front » : les usines, les femmes, la vie politique

  • Les usines : produire pour la guerre (les usines d’armement et les travailleurs étrangers).
  • Les femmes : travailler pour la guerre (à la ferme, à l’usine, à la ville).
  • La vie politique : gouverner en guerre (de l’ « Union sacrée » aux gouvernements de guerre).

C - Consentement, contrainte, obéissance : la question de l’autorité

  • Exercer l’autorité : le temps de guerre.
  • La mesure de l’obéissance : les conseils de guerre aux Armées.
  • La durée de la guerre : la mutation de la relation d’autorité.

III. Faire la guerre, faire la paix : la naissance d’un nouveau monde

A - La question du règlement du conflit

  • Les tentatives de paix et les conditions de la paix.
  • La répression des pacifistes et la censure.
  • En finir avec le conflit.

B - Pertes, destructions, traumatismes

  • Une « saignée » aux conséquences incalculables.
  • Des destructions au visage d’une France meurtrie.
  • Un coût financier sans précédent.

C - Les leçons militaires du conflit

  • L’évolution du combat d’infanterie.
  • Les armes nouvelles et leur concept d’emploi.
  • Tirer des leçons et figer des principes.

Conclusion

Une ambigüité militaire :

  • une mobilisation militaire et civile totale.
  • des leçons d’organisation politique et économique vite oubliées.
  • des enseignements militaires rapidement figés dans le conformisme.

Une ambigüité politique :

  • pas d’entrée des troupes alliées en Allemagne, mais un retour des armées allemandes « invaincues » sur le front (F. Ebert), trahies par l’arrière (la révolution et le Dolchstoss ou coup de poignard dans le dos).
  • un armistice signé par des militaires du côté allié, des civils du côté allemand : l’état-major prussien est exonéré des fautes militaires et de la défaite politique.
  • la république allemande naissante porte la tache initiale d’avoir capitulé et trahi (die Novemberverbrecher ou « criminels de novembre »).

Une ambigüité diplomatique :

  • Versailles est « une paix bâclée » (M. Launay) et « un armistice de vingt ans » (Foch).
  • la guerre continue sur le front de l’est (en Pologne, avec les Tchèques, en Baltique, avec les corps francs allemands …) et sur le front idéologique et international : le communisme (Lénine : « La révolution mondiale passera sur le cadavre de la Pologne ») jusqu’en 1920 et la bataille de la Vistule.
  • de la guerre mondiale à la guerre civile et à la guerre internationale : les Soviets imposent une autre version de l’internationalisme que celui de Wilson.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni se retirent de la lutte anti-bolchévique au début 1920, laissant la France dans le rôle de gendarme de l’Europe et dans un double tête-à-tête tragique, avec les Soviets et avec l’Allemagne.

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 08/06/20

Modifié le 11/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par