Vidéo : « Le Joueur d’échecs » de Stefan Zweig

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Français03:36Publié le 22/02/2022

« Le Joueur d’échecs » de Stefan Zweig

Pas si classique

Le Joueur d’échecs est la dernière œuvre de Stefan Zweig, publiée en 1943, quelques mois après son suicide. Dans cette nouvelle où le célèbre jeu de plateau, apparaît comme le reflet de l’esprit humain, l'écrivain autrichien transforme la rencontre de deux personnes en un duel psychologique captivant.

Six hommes contre un champion

Tout commence sur un paquebot en partance de New York vers Buenos Aires. Le narrateur, amateur d’échecs, découvre la présence à bord de Mirko Czentovic, champion mondial de jeu d’échecs. Un jeune homme cupide et odieux, dont le génie n’a d’égal que l'arrogance. Très vite, Czentovic devient l’attraction de la croisière et le narrateur, intrigué par ce personnage, décide d’organiser un tournoi avec pour seul objectif : battre la légende. Le champion accepte de participer à la compétition contre rémunération. Lors du tournoi, les six hommes qui jouent en équipe contre lui se ridiculisent. Alors que le groupe est sur le point de perdre, un inconnu entre dans la partie et parvient à obtenir le match nul. Agacé et impressionné, le champion exige une revanche. Paniqué, l’inconnu indique qu’il n’a pas touché un échiquier depuis 20 ans et s’enfuit. Troublés, les passagers de la croisière tentent de percer le mystère… Qui est donc cet homme à la « pâleur étrange », capable de battre le grand Czentovic ?

De l’enfermement à la folie

Monsieur B. serait un ancien prisonnier autrichien de la Gestapo. Pour échapper à la torture psychologique nazie, il aurait appris à jouer aux échecs dans sa tête, au point de sombrer dans la folie et à la limite de la schizophrénie. Tel un drogué, Monsieur B. sait qu’il doit renoncer à jouer la partie de trop, mais trop enthousiaste à l’idée de retrouver cette sensation, il accepte le défi de Czentovic. Pendant la partie, le champion repère le point faible de son adversaire et joue très lentement pour l’énerver. Comme possédé, Monsieur B. ne se maîtrise plus face aux provocations du jeune champion et renoue avec ses vieux démons... Le narrateur le pince et le secoue pour le faire revenir à la raison. Pris d’un frisson, Monsieur B. se lève et promet de ne plus jouer une partie d’échecs de sa vie.

Une métaphore de la Seconde Guerre mondiale

La nouvelle de Stefan Zweig met en scène l’affrontement épique de deux joueurs que tout oppose. D’un côté, Mirko Czentovic que l’on dit grossier et dénué d'intelligence. De l’autre, Monsieur B., un homme élégant et cultivé qui se bat contre lui-même. La victoire passe par des déplacements stratégiques et incompréhensibles pour ceux qui ne dominent pas l’échiquier. Comme à la guerre, Mirko Czentovic tire profit du handicap de son adversaire, à l’image de l’Allemagne nazie qui finit par annexer l’Autriche-Hongrie en 1938.

 

► Pour en savoir plus, découvrez L'œuvre de Zweig : reflet d'une âme inquiète et sensible.

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2022

Publié le 22/02/22

Modifié le 08/03/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau :
Reprise de lecture
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau :
Reprise de lecture
Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !