Vidéo : Les jeunes et la pornographie

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Regarde cette vidéo et gagne facilement jusqu'à 15 Lumniz en te connectant !

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

->   En savoir plus
Actualité03:31Publié le 20/09/2023

Les jeunes et la pornographie

Décod'actu

Les contenus pornographiques sont gratuits et accessibles depuis les téléphones portables. Les filles, aussi bien que les garçons, les regardent dès l'âge de 11 ans ! Aujourd'hui, les mineurs en consomment pratiquement autant que les adultes.

L'état des lieux du porno en chiffres

  • Selon une récente étude de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, le nombre de mineurs consultant des vidéos porno au moins une fois par mois a augmenté de 36 % entre 2017 et 2022.
  • En France, 1 mineur sur 3 en visionne au moins 1 fois par mois, et 1 sur 10 tous les jours.
  • Parmi eux, les garçons sont les plus gros consommateurs. Dès 12 ans, plus de la moitié fréquente des sites X chaque mois. Et à 10-11 ans, ce sont déjà 2 garçons sur 10 qui y passent du temps. Si les filles sont moins concernées, 3 adolescentes sur 10 de 12-13 ans regardent du porno au moins 1 fois par mois.

Les conséquences du porno

Regarder du porno n’est pas anodin. Les films X donnent en effet une image trompeuse de la sexualité. Certaines pratiques apparaissent comme banales, voire obligatoires. Les films montrent aussi des femmes soumises au désir des hommes.

Plus grave encore, selon un rapport du Sénat, 90 % des scènes comportent de la violence physique ou sexuelle, comme des viols ou de la torture.

De même, la durée des rapports sexuels, la mise en scène de corps refaits, de sexes totalement épilés, de pénis démesurés peuvent complexer les ados. 

💡 Ce que dit la loi

 

Permettre à des mineurs d’accéder à des contenus pornographiques est puni par le Code pénal jusqu’à 3 ans de prison et 75 000 € d’amende.

Les sites X sont donc tenus de vérifier l’âge des internautes. S’ils ne le font pas, l’Arcom peut demander leur suspension en saisissant la justice. Mais la procédure peut prendre plusieurs mois. Le gouvernement veut donc donner à l’Arcom plus de pouvoir, notamment pour bloquer des sites sans attendre l’intervention d’un juge.

Les pistes pour protéger les mineurs

Il faut des techniques fiables pour vérifier l’âge tout en protégeant la vie privée. Plusieurs solutions sont étudiées :

  • un système d’analyse faciale ou une application servant d’intermédiaire pour attester de la majorité de l’internaute. Problème, toutes les technologies se contournent. En utilisant un VPN, un internaute peut par exemple se localiser dans un pays qui n’exerce aucun contrôle.
  • renforcer les systèmes de contrôle parental. A l’heure actuelle, moins de la moitié des parents en utilisent.

Il semble donc compliqué d’empêcher totalement les adolescents d’être confrontés au porno. Pour les professionnels de la jeunesse et de la santé, il faut donc d’autres espaces pour parler de sexualité. Ils plaident notamment pour la mise en place effective des 3 séances d’éducation sexuelle dans les établissements scolaires prévues par la loi. Pour l’instant moins de 20 % des élèves en bénéficient.

👉En savoir + avec notre série Ados : le porno à portée de clic

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Delphine Tayac

Producteur : France Télévisions, Corner Prod

Année de copyright : 2023

Année de production : 2023

Publié le 20/09/23

Modifié le 05/12/23

Ce contenu est proposé par