vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Arte
sso_title
sso_description
Education aux médias et à l'information04:55

Décoder les chiffres du coronavirus

Data science vs Fake

Depuis le déclenchement de l’épidémie, on a parfois du mal à décoder les chiffres du coronavirus. Que nous disent-ils réellement ? Reprenons depuis le début.

Le 17 novembre 2019, en Chine, un premier cas d’une maladie respiratoire est identifié chez un patient de 55 ans.

Combien de cas de coronavirus ?

27 cas sont répertoriés le 15 décembre, puis 60 cas le 20 décembre. Les malades sont testés pour 18 virus et 4 bactéries.

Tous les résultats sont négatifs. Il s’agit donc d’une nouvelle maladie contagieuse, baptisée depuis Covid-19, porté par le virus SARS-Cov2, de type coronavirus.

Un mois plus tard, à partir du 21 janvier 2020, l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, publie chaque jour un communiqué donnant un nombre de malades et de décès, pays par pays.

  • Visualisation muette de la progression de l’épidémie sur la carte, sous forme de cercles qui montrent le nombre de cas cumulés. L’épidémie part de la Chine, va en Europe puis au reste du monde. Avec le compteur numérique qui donne le chiffre global du nombre de cas.

Mais attention, les chiffres publiés ne donnent pas le nombre de malades, ni celui des personnes infectées. Ce ne sont pas non plus des estimations.

Il ne s’agit que du décompte des cas confirmés et diagnostiqués de la maladie, qui ont fait l’objet d’une déclaration spécifique auprès de l’OMS.

Ils dépendent donc des capacités logistiques de détection, variables d’un pays à l’autre, et des politiques nationales qui déterminent quels groupes doivent être testés, entre la population générale, le gens qui ont des symptômes, les personnels de santé, les personnes hospitalisées.

Par ailleurs, le coronavirus entraine des symptômes plus ou moins sévères, voire aucun symptôme. Il est donc possible d’être porteur du virus sans être malade et de le transmettre à son entourage.  

Le nombre exact de porteurs du Sars Cov 2 est en réalité inconnu.

Mais cette carte donne tout de même un aperçu de la diffusion du coronavirus, et on connait en revanche un peu mieux le nombre des décès.

Étrangement, le rapport entre le nombre de cas déclarés et le nombre de décès est très variable d’un pays à l’autre.  A la date du 27 mars, il est par exemple très différent en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne…

Le coronavirus est-il moins mortel d’un pays à l’autre ?

Non ! Cette différence dans les chiffres repose en réalité sur 3 paramètres : chaque pays a sa propre manière de compter les cas ; Les systèmes de santé sont plus ou moins fonctionnels ; Tout dépend du moment où le pays est touché par le coronavirus.

Car l’augmentation du nombre des décès est en retard de quelques semaines sur la l’augmentation des cas déclarés.

Alors allons plus loin dans la visualisation de ces données, non plus en regardant les données cumulées, mais en regardant jour par jour et pays par pays, le nombre de nouveaux cas déclarés et de nouveaux décès.

Ce décalage entre l’augmentation du nombre de cas et l’augmentation des décès est visible pour tous les pays touchés.

Cela n’a donc aucun sens de comparer la situation de 2 pays pour le même jour, alors qu’ils n’ont pas été atteint au même moment.

C'est aussi ce retard qui permet d'expliquer pourquoi en Italie, le 27 mars, il y a pu avoir une forte augmentation des décès, alors que le nombre de nouveaux cas se stabilise.

Mais cette visualisation permet aussi de lire autre chose : même si les données fournies par la Chine sont à prendre avec précaution, on y voit tout de même que les mesures de confinement, prises à partir du 22 janvier, commencent à avoir des effets quelques semaines plus tard.

 

Et fin mars 2020, il semblerait que l'épidémie y ait été maîtrisée.

A la suite de la Chine, plusieurs pays d’Europe et du monde ont pris des mesures de confinement de leur population. 

Début avril 2020, plus de 3 milliards de personnes étaient astreintes au confinement ou à des limitations de déplacement. Mais il ne sera possible d'en voir les effets sur les chiffres qu'après un délai de plusieurs semaines. Les données collectées pendant la pandémie demanderont à être analysées et complétées une fois que le coronavirus sera vaincu…

Mais ces chiffres nous montrent déjà qu’en moins de 4 mois, le Covid 19 a changé le monde.

Réalisateur : Pascal Goblot

Producteur : Escalenta, Universcience, Arte G.E.I.E, France Télévisions, MESRI, CCSTI, La Turbine Sciences

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 01/04/20

Modifié le 17/07/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par