« Les Énervés de Jumièges », d'Evariste-Vital Luminais

1 minute au musée
Publié le 12/08/19Modifié le 11/11/19

Sur le même sujet

Une œuvre troublante

Les Énervés de Jumièges est une légende qui concerne les deux fils du roi mérovingien Clovis II. Vers 660, Clovis II aurait entrepris un pèlerinage en Terre sainte. Durant son absence, il confie le gouvernement à son fils aîné, sous la régence de sa mère, Bathilde. Mais durant cette période, son fils s’oppose à sa mère, et se joint à l’un de ses frères cadets pour comploter contre le roi et la reine. Clovis apprend cette révolte et rentre en France. Ses fils lui opposent une armée, mais le roi finit par triompher des rebelles. Le roi est bien décidé à faire exécuter les deux traîtres. Mais sa femme Bathilde propose plutôt de les punir en brûlant les nerfs de leurs jambes. Ainsi, il faut comprendre le terme « énervé » à l’inverse de sa signification moderne, son sens premier désignant quelqu’un dont on a enlevé ou coupé les nerfs (en fait les tendons), et qui est donc apathique, incapable de réaction. 

 

Rafaël : Evariste-Vital Luminais, Les Enervés de Jumièges, 1880.

Mona : Ben dis donc, si ça c’est des énervés, qu’est ce que ça doit être les calmes à Jumièges ?

Nabi : On dirait qu’ils sont pétrifiés !

Rafaël : Leur histoire est terrible : c’étaient des fils de Clovis et comme ils se sont révoltés contre leur père, ils ont été énervés.

Nabi : C’est Clovis qui aurait dû être énervé…

Rafaël : Mais non, ça veut dire qu’on leur a brûlé les nerfs pour leur paralyser les jambes.

Mona et Nabi : Oh c’est horrible !

Mona : Et après, ils ont été abandonnés comme ça sur leur radeau ?

Rafaël : Oui, mais heureusement, ils ont été recueillis par les moines de l’abbaye de Jumièges.

Mona : Alors si personne ne les avait trouvés, ils seraient morts ?

Nabi : Mais je comprends pas. Pourquoi ils ont pas été tués directement ?

Rafaël : Comme ça, Clovis était pas traité d’assassin ; il punissait ses fils et si ils mouraient et bien il n’y était pour rien.

Mona : Brrrr, ça me fait froid dans le dos tellement c’est réaliste.

Nabi : Super réaliste !!

Rafaël : Hyper réaliste !!

Nabi :  Faut toujours que t’en rajoute.

Rafaël : Mais c’est ce qui est écrit, le contraste entre l’hyper réalisme du premier plan et les aplats du rivage traité à la manière des Nabis !!

Nabi : He he, gaffe aux Nabis. Ils s’pourraient bien qu’ils t’énervent !

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :