Tourisme de masse : des régions au bord de l'asphyxie.

Le 27 juillet 2017, quatre activistes ont attaqué un car de touristes à Barcelone, crevant ses pneus et peignant « le tourisme tue les quartiers » sur le véhicule. Ce fait divers illustre une conséquence du tourisme de masse.

Un facteur de croissance et de développement

Apparu en Europe au XIXe siècle, le tourisme est aujourd'hui une activité mondialisée. Les touristes sont originaires de tous les pays de la planète et les destinations sont mondialisées

Un phénomène mondial

Le tourisme est un phénomène social, culturel et économique qui implique le déplacement de personnes vers des pays ou des endroits situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs ou pour affaires.
1,19 milliard de touristes internationaux en 2015 (passant au moins une nuit dans le pays étranger). Soit une croissance de 173 % entre 1990 et 2015. Les arrivées de touristes internationaux sont dispatchées comme suit :

  • Amérique du Nord : 161 millions
  • Amérique du Sud : 31 millions
  • Europe : 607 millions
  • Afrique et Moyen-Orient : 106 millions
  • Asie : 265 millions 
  • Océanie : 14 millions

Un relais de croissance

Le tourisme peut permettre de dynamiser une économie et de générer des emplois, y compris dans les pays en développement, comme en Afrique subsaharienne.

  • 33,8 millions de touristes en 2011, 5 fois plus qu'en 1990.
  • Pourtant le tourisme en 2011 ne représentait que 2,7 % du PIB (4,3 % en Asie du Sud-Est à titre de comparaison)

Cela représente bien un potentiel de croissance important ! Selon la Banque Mondiale, le Botswana, le Cap-Vert, la Namibie, l'Afrique du Sud et la Tanzanie figurent parmi ceux qui offrent le plus fort potentiel.

Le tourisme c'est :

  • Un apport en capitaux étrangers : dépenses des touristes, investissement
  • La modernisation des infrastructures : aéroports, routes, réseau électrique, etc
  • Des créations d'emploi

Le cas espagnol

L'Espagne n'accueille pas encore autant de touristes que la France... En 2015 :

  • touristes étrangers accueillis : 68,2 millions contre 84,5 millions en France
  • recette du secteur touristique : 124 milliards d’euros contre 160 milliards d’euros en France

Par contre le poids du tourisme dans l'économie du pays y est bien supérieur.

  • pourcentage du PIB : 14,7  % contre 7,2  %
  • part de la population active : 12  % contre 7  %

Effet tsunami

L'Espagne a connu en 2016 une forte hausse de la fréquentation (+ 9 %) qui s'explique notamment par les attentats en France et l'instabilité dans les pays du sud de la Méditerranées. Dans certaines régions espagnoles (Baléares, Catalogne) les pouvoirs publics ont lancé un appel aux agences de voyages pour « réguler » la venue de visiteurs.

La face sombre du tourisme 

Le tourisme, s'il a un impact positif sur l'économie, peut avoir des effets néfastes, notamment lorsqu'il est démesuré.

Conséquences sociales 

  • Gentrification : phénomène d'appropriation d'un quartier populaire ou défavorisé par une population plus aisée. La conséquence est l'augmentation des loyers dans les quartiers en question.
    Exemple de Barcelone : Hausse de 9 à 18 % des loyers à Barcelone à cause du tourisme de masse. Les Barcelonais sont alors obligés de déménager dans les communes alentours.
  • Saturation : 1,7 million d'habitants pour 27 millions de touristes.
    Les prix de l'immobilier s'envolent, l'emploi se précarise (saisonnier)
  • Folklorisation : sous prétexte de vouloir faire découvrir la culture traditionnelle aux touristes venus, c'est une véritable mise en scène qui leur est jouée, dénaturant la réalité des populations locales au profit d'un divertissement.
  • Tourisme sexuel : forme de tourisme pratiquée dans certains pays d'Asie du sud-est, d'Afrique et d'Amérique latine notamment, ainsi que dans quelques pays d'Europe comme les Pays-Bas ou la Lettonie. 12,3 millions de prostitué(e)s dans le monde, 40 % d'entre eux sont des mineur(e)s.

Conséquences environnementales 

L'afflux de tourisme peut également dégrader les sites : 

Bétonisation : phénomène consistant à parsemer le littoral de constructions. Il provoque la destruction des paysages, la diminution de la biodiversité, le traitement approximatif des eaux usées...

Multiplication des magasins : à Venise, il est désormais interdit d'ouvrir des kebabs et fast food pour garder le décorum des lieux.

Saturation : pour éviter cela plusieurs villes ont décidé de contrôler le flux de touristes autorisés. Par exemple les Cinque Terre en Italie, sont entrées au patrimoine de l'UNESCO en 1997. Depuis le nombre de touristes n'a cessé de croître. En février 2016, la ville a annoncé limiter l'accès aux touristes à 1,5 million de personnes à l'aide d'un système de ticket.

Le tourisme rejeté

Face à la mondialisation du tourisme et à sa densification dans certaines régions, apparaissent des mouvements d'opposition.

Venise : manifestations d'habitants contre les paquebots de croisière qui viennent dans la ville et fragilisent la lagune.

Ibiza : les habitants fuient pendant la période estivale.

Barcelone, Palma de Majorque, Bilbao, Coimbra et Lisbonne : tags dans les rues hostiles aux touristes et vandalismes.

 

 

Contenu : Sarafina Spautz et Pierre Silvain
Graphisme : Boris Chabilan

Publié le 09/08/17

Modifié le 03/05/19