vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire04:09

De la fin de l’URSS à l’affirmation de la Russie

Géopoliticus

Le 25 décembre 1991 marque le début d’une nouvelle ère. Boris Eltsine proclame la dissolution de l'URSS et l'indépendance de la Russie. Le bloc communiste s’effrite. Les forces soviétiques stationnées dans les anciens pays du bloc de l'Est se retirent, tandis qu’apparaissent au grand jour les faiblesses militaires et économiques du pays.

L'ère Eltsine (1991-1999)

Voulant rattacher la Russie à l'économie mondiale et donc à l’économie libérale, Boris Eltsine opère un rapprochement historique avec l'Union européenne et les États-Unis en adhérant au FMI et à la Banque mondiale. Mais le passage d’une économie planifiée à une économie de marché va se faire au profit d’amis du pouvoir, les oligarques, et va bouleverser l’économie russe, entraînant une augmentation du chômage.

Dans le même temps, Moscou doit faire face à une volonté d’indépendance de la Tchétchénie qui refuse de signer le rattachement à la Fédération de Russie. En 1994, elle décide d’intervenir militairement. L'armée russe s'embourbe alors dans la première guerre de Tchétchénie jusqu’en 1996.

La présidence de Poutine : pour la grandeur de la Russie

En 1999, Boris Eltsine démissionne. Vladimir Poutine, son président du gouvernement, est élu à sa place dès le 1er tour, en 2000.

Ancien du KGB, Poutine veut réaffirmer la grandeur de la Russie grâce à un récit « national et impérial ». Il rétablit l’ordre de façon ultra-autoritaire et met au pas les barons régionaux et les oligarques. Vladimir Poutine veut repositionner la Russie sur la scène internationale tout en gouvernant son pays d'une main de fer. Il dénonce l’élargissement de l’OTAN.

Suite au renversement du régime pro-russe ukrainien par une révolution soutenue par Washington, le Kremlin annonce, le 18 mars 2014, le rattachement de la Crimée à la Russie. Une guerre civile éclate dans l’est de l’Ukraine. Les Occidentaux décrètent des sanctions contre la Russie mais Poutine conserve le soutien des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Asie et Moyen-Orient : la stratégie internationale de Poutine

La stratégie internationale de Poutine s’appuie sur 2 axes :

  • une indépendance totale à l’égard des pays occidentaux,
  • la création de nouvelles alliances, notamment avec la Chine. La Russie se tourne vers l'Est et institue l'Union économique eurasiatique en 2015.

Poutine s’oppose aux « printemps arabes » et aux changements de régime. En Syrie, la Russie intervient militairement aux côtés de Bachar Al-Assad. En Libye, des mercenaires russes prennent part à la guerre civile. Avec l’Iran notamment, Moscou cherche à contenir les activités des islamistes sunnites et l'influence politique des États-Unis en Asie centrale. Par ailleurs, au Venezuela, Poutine soutient Maduro.

Jugée menaçante pour ses voisins et le reste du monde, la Russie est aujourd’hui en crise. Son économie est très dépendante du pétrole et du gaz, et son budget militaire ne représente que 8 % du budget américain.

Vladimir Poutine veut la stabilité politique à tout prix en Russie. Le 10 mars 2020, le Parlement russe, la Douma, a voté un amendement à la Constitution permettant au président russe de briguer 2 autres mandats. S’il est élu, Vladimir Poutine pourrait rester à la tête du pays jusqu’en 2036.

 

Découvrez aussi l'histoire de l'URSS, de la révolution d'Octobre en 1917 à sa dissolution en 1991, à travers une frise chronologique et les portraits de ses dirigeants.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Julie Chansel

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Publié le 08/04/20

Modifié le 08/04/20

arrow
voir plus