vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Actualité04:24

La Réunion, un caractère métissé

Terres d'Outre-mer

La Réunion est une île volcanique née il y a trois millions d’années, lorsque le Piton des Neiges a émergé de l'océan Indien. Âgé de seulement 50 000 ans, le Piton de la Fournaise est considéré comme l'un des volcans les plus actifs de la planète. Cette géographie particulière constitue à la fois un atout et un inconvénient pour les Réunionnais.

Une île volcanique

Côté atouts, des paysages tellement exceptionnels que les pitons, les cirques et les remparts de l’île, sont inscrits à l’Unesco depuis 2010.

Autant d’arguments pour faire de La Réunion une destination très prisée.

Côté inconvénients, l’île est très exposée aux risques naturels. Notamment volcanique. Le Piton de la Fournaise entre en éruption plusieurs fois par an. Il est l’un des plus surveillés au monde.

Ce relief très montagneux fait que la population vit surtout au bord de la mer et notamment dans les grandes villes.

Un chantier colossal pour une nouvelle route du littoral

Le réseau routier est lui aussi concentré sur les côtes, et il est souvent saturé. C’est particulièrement le cas avec la route du littoral, qui relie le Nord à l’Ouest. Un axe vital : 66 000 véhicules l’empruntent chaque jour. Mais c’est un trajet dangereux, exposé aux éboulis de la falaise et aux cyclones. Depuis sa mise en service en 1976, une vingtaine de personnes ont été tuées par des éboulements.

C’est pourquoi une nouvelle route du littoral est en construction depuis 2014. Et c’est un chantier colossal. Le nouveau trajet de 12,7 kilomètres passera par la mer, via des digues et un viaduc.

Le projet est aussi colossal pour son coût. Il est aujourd’hui estimé à plus 2 milliards d’euros, pour un budget initial d’1,6 milliard. Mais cela peut encore évoluer. L’ouverture de l’axe devait avoir lieu en 2020, mais elle est repoussée.

Cet équipement apparaît d’autant plus nécessaire que la population de La Réunion pourrait dépasser le million dès 2037. L’île est de loin la plus peuplée d’outre-mer avec 853 700 habitants. Et pourtant, son peuplement est récent.

Une île aux cultures multiples

L’île n’est habitée que depuis le milieu du XVIIe siècle. Jusque-là, les navigateurs ne s’y arrêtaient que pour faire provision d’eau et de vivres. Les Français en prennent possession en 1642. Ils la baptisent île Bourbon, du nom de la famille royale. Elle devient « île de La Réunion » le 19 mars 1793, pendant la Révolution.

En 1663, les premiers colons à s’installer sont deux Français, avec dix esclaves malgaches, dont trois femmes. Au début du XVIIIe siècle, le peuplement s’intensifie avec l’arrivée massive d'esclaves d'Afrique et de Madagascar, pour la culture du café, puis de la canne à sucre. Lorsque l’esclavage est aboli, le 20 décembre 1848, l’île compte 62 000 esclaves pour 35 000 citoyens libres. Au lendemain de cette libération, les grands propriétaires font venir des dizaines de milliers de travailleurs indiens.

Au XIXe siècle, cette population est complétée par l’arrivée des artisans et des commerçants chinois et indiens musulmans. Les dernières composantes de la société réunionnaises arrivent au XXe siècle avec les Français de métropole, les Mahorais et les Comoriens.

Toutes ces personnes font de La Réunion une région très métissée. Cette diversité s’exprime dans sa culture, avec la danse et la musique : le séga une variante créole du quadrille ; et le maloya, hérité de l’esclavage.

Plusieurs religions se côtoient aussi : chrétienne, musulmane, bouddhiste, hindouiste. Cette cohabitation religieuse et cette multiplicité ethnique font de La Réunion, un exemple du vivre ensemble.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Fabien Dubedout

Producteur : Corner Prod

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 08/09/20

Modifié le 08/09/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par