Vidéo : Les États-Unis et l’environnement à l’échelle internationale (états, firmes, transnationales, ONG)

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire03:53Publié le 01/10/2021

Les États-Unis et l’environnement à l’échelle internationale (états, firmes, transnationales, ONG)

Géopoliticus

Depuis 20 ans, les États-Unis ont fait de la question climatique un enjeu à la fois politique et économique, ainsi qu’un outil de diplomatie et d’influence. Que ce soit pour défendre l’environnement ou enterrer des protocoles internationaux, la politique environnementale américaine fluctue au gré des présidents au pouvoir.

Etats-Unis : l'opposition entre climatosceptiques et pro-climat

En 2001, sous George W. Bush, les États-Unis furent l’un des seuls pays industrialisés à ne pas ratifier le protocole de Kyoto. Celui-ci engageait les États sur une réduction de 5% des gaz à effet de serre. À l’époque, les Républicains au pouvoir ainsi qu’une grande partie du secteur économique, influencés par les climatosceptiques, considéraient que la protection de l’environnement était une atteinte au développement et à la liberté économique. Les années Obama, elles, constituent un tournant radical : signatures de décrets limitant les émissions de carbone par les usines productrices d’électricité, lutte contre l’exploitation des sols et des océans, engagements internationaux avec les partenaires traditionnels des États-Unis, lutte contre les gaz à effet de serre, aide aux pays en développement pour leur transition énergétique via l’ONU. Les mesures visant à protéger l’environnement ne manquent pas. Mais les deux mandats d’Obama ne suffisent pas à affaiblir les climatosceptiques qui marquent leur retour dès 2017 avec l’élection de Donald Trump. Le nouveau président Républicain, à peine élu, sort les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Le conflit « développement industriel versus protection du climat » refait son apparition. Le président soutient la reprise des forages de pétrole et de gaz de schiste, la production de charbon et la fin des protections des sites naturels. Mais la politique de Donald Trump ne fait pas l’unanimité dans son propre pays : certaines métropoles et certains États américains comme la Californie décident de poursuivre les objectifs de l’accord de Paris.

Election de Biden et relance de la question climatique aux Etats-Unis

En 2020, Joe Biden succède à Donald Trump. Le président démocrate remet le climat au centre de son mandat. Au niveau national, il annonce un plan de relance tourné vers les énergies vertes et durables. Sur le plan international, Joe Biden souhaite que les États-Unis reprennent la main en tentant de contenir la Chine, dont l’influence sur la question environnementale s’est accrue pendant les années Trump. Pour ce faire, il annonce le retour des États-Unis dans l’accord de Paris. Si les politiques américaines fluctuent en fonction des présidents, la prise de conscience sur la question environnementale est de plus en plus ancrée chez les populations. Les travaux du GIEC (ONG, groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) et le long travail des associations ont fini par payer. Certaines entreprises, elles aussi, semblent avoir compris qu’investir dans la transition écologique était essentiel à leur survie économique. Cependant, les lobbies opposés à toute forme de régulation restent encore très puissants, et pèsent de tout leur poids pour freiner les politiques publiques environnementales.

 

► Découvrez toutes les vidéos de la série Géopoliticus.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Marie-Cécile Naves

Producteur : France Télévisions, Producteur exécutif : Corner Prod

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 01/10/21

Modifié le 01/10/21