Vidéo : Microbiote et obésité

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Sciences de la vie et de la Terre10:10Publié le 19/04/2021

Microbiote et obésité

C Jamy, les extraits

De récentes études montrent qu'une bonne alimentation et de l'exercice physique ne suffisent pas à lutter contre l'obésité. Il existe un lien entre la flore intestinale (le microbiote) et l'obésité. Explications avec Jamy et ses chroniqueurs.

Le microbiote, à quoi ça sert ?

Le microbiote, ce sont les micro-organismes qui se trouvent dans tout le corps humain. On parle de microbiote pulmonaire, cutanné etc. Concernant les intestins, ils abritent un écosystème appelé microbiote intestinal qui comprend 100 000 milliards de micro-organismes (microbes, bactéries, virus, parasites, etc.). C'est 10 fois plus que le nombre de cellules qui composent notre corps. Le microbiote est propre à chaque individu. Un peu comme une empreinte digitale. nous avons une signature microbienne personnelle. Le microbiote est important pour notre corps puisqu'il est impliqué dans les mécanismes de la digestion et de notre immunité. Ainsi, disposer d'un bon microbiote permet de récupérer l'énergie contenue dans certains aliments, celles que l'on trouve en quantité dans les fruits et légumes par exemple. D'où le principe de manger au moins 5 fruits et légumes par jour. La santé de notre flore intestinale est donc primordiale pour notre santé. C'est aussi un argument de vente pour l'industrie alimentaire. Beaucoup de marques surfent sur la vague des probiotiques.

Les probiotiques, un bon complément alimentaire ?

Pour conserver le bon fonctionnement de son microbiote, il faut en prendre soin en respectant les quantités et les proportions de chaque espèce bactérienne qui le compose. A défaut, le microbiote est déséquilibré et cela provoque une dysbiose. Pour pallier ce dysfonctionnement, on peut prendre des probiotiques (des bactéries en gélules) pour restaurer l'équilibre de notre microbiote. Une fois avalés, les probiotiques traversent l'acidité de l'estomac puis se dissolvent dans l'intestin grêle ou le colon. Si les probiotiques ont montré des effets contre certains symptômes (diarrhée), maladies (rectocolite hémorragique, colique du nourisson, syndrome de l'intestin irritable ou encore l'intolérance au lactose). Mais ce complément alimentaire n'a rien du remède miracle, il peut aussi avoir des effets indésirables sévères (infections, intoxications), notamment chez des personnes fragilisées par des maladies graves, ou avec un système immunitaire affaibli.

Nécéssité de renouveler les bactéries du microbiote

Plus un microbiote est riche et diversifié en bonnes bactéries, mieux il fonctionne. Comment s'en assurer ? Il faut privilégier des aliments riches en fibres végétales. Par exemple, les oignons, lentilles, asperges, amandes, noix, poireaux, bananes, haricots rouges, l'avoine. Contrairement aux autres aliments digérés dans la partie supérieure du tube digestif, ces fibres arrivent intactes au niveau du colon avant d'être absorbées. Les bonnes bactéries du microbiote vont y puiser l'énergie et les éléments dont elles ont besoin pour se multiplier, et en extraire les nutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Si ces bonnes bactéries se développent très vite, elles meurent aussi très rapidement. Il faut donc les alimenter tous les jours en fibres pour renouveler la population.

Privilégier les probiotiques naturels

Un microbiote en bonne santé c'est un microbiote diversifié. Pour cela, on peut utiliser les probiotiques naturels, c'est-à-dire ceux que l'on trouve dans les aliments fermentés (yaourts, pain au levain, sauce soja, choux fermentés, cornichons) qui vont aider à équilibrer notre microbiote.

 

© Crédits images : AURIMAGES / MIXKIT/ PIXABAY / SCIENCE PHOTO LIBRARY / SHUTTERSTOCK / SIPA / UNSPLASH / DR

Producteur : Elephant Adventures

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 19/04/21

Modifié le 19/04/21

Ce contenu est proposé par