La loi pour l'égalité des droits et des chances de 2005 a permis de faciliter la scolarisation des enfants en situation de handicap. Pourtant, des progrès restent à faire pour garantir l'égalité des chances, et ce, dès le plus jeune âge. Le droit à l'éducation est un droit fondamental pour tous les enfants, quel que soit leur handicap. 
 

Illustration d'un enfant en chaise roulante en milieu scolaire

« Force est de constater que beaucoup d'enfants en situation de handicap ne font pas leur rentrée dans les mêmes conditions et le même temps que leurs camarades. C'est évidemment inacceptable »*, a déclaré récemment le ministre de l'Éducation nationale. En 2017, plus de 320 000 élèves en situation de handicap étaient scolarisés**. Mais souvent, il faut attendre longtemps l'attribution d'une place. Les enseignants, de leur côté, s'avouent démunis. Pour répondre à ces défis, le gouvernement lance, dès la rentrée 2019, le projet d'une « école inclusive », ayant pour but de permettre à tous les élèves de suivre une scolarité normale.

L’accompagnement des élèves handicapés

La scolarisation de ces élèves varie selon la nature et la gravité du handicap : soit l’enfant n’a pas besoin d’une aide particulière, soit il doit être accompagné par un auxiliaire de vie scolaire. Cette personne permet à l'enfant handicapé de faire les gestes qu'il ne peut faire seul et veille à le rendre le plus possible indépendant. Les groupes de soutien aux enfants handicapés réclament, depuis longtemps déjà, l’amélioration de l'accompagnement de ces élèves. 

Égalité des droits et des chances

Un texte de loi (article L. 112-1 du Code de l’éducation) oblige en effet l'État à mettre en place « les moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes handicapés. » Car tous les enfants vivant en France ont droit à l’enseignement. Intégrer le handicap dans le milieu scolaire, c’est garantir aux jeunes handicapées la même égalité des droits et des chances que les valides, pour réussir et avoir plus tard un métier. C’est aussi respecter le principe de non-discrimination, c’est-à-dire ne pas défavoriser certains groupes de personnes en les traitant différemment.

L'école inclusive

Le nouveau projet du gouvernement, qui sera pleinement effectif en 2022, prévoit certains renforts aux moyens existants :

  • 38 unités locales d'inclusion scolaire viendront s'ajouter aux 40 déjà mise en place.
  • 10 900 postes d'aides aux enfants en situation de handicap seront ouverts.
  • Une plateforme numérique de formation à destination des équipes éducatives verra le jour pour mieux.
     

* Source : Le Parisien, 11 juin 2019.
** Source : site du ministère de l'Éducation nationale. 

Myriam Rembaut

Publié le 06/09/13

Modifié le 31/07/19