Vidéo : Des fourmis agronomes

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Sciences de la vie et de la Terre05:25Publié le 17/03/2021

Des fourmis agronomes

Nature = Futur !

Réparer la nature par la nature. Des scientifiques l'ont fait sur 5 hectares de terre polluée dans la plaine de Crau (Provence). Ils ont reconstitué le sol et sa biodiversité à l’aide d’une espèce de fourmi déjà présente sur place. Explications.

Pollution et dépollution de la plaine de Crau

La steppe de plaine de Crau est l’une des seules steppes d’Europe occidentale. Elle est parsemée de végétaux (herbe). Mais aussi, elle accueille différents espèces d’oiseaux et d’insectes uniques au monde.

En août 2009, un oléoduc enterré s’est brisé et le pétrole s’est répandu sur 5 hectares. 72 000 tonnes de sol ont été excavées. Ensuite, les scientifiques ont reconstitué couche par couche le sol à l’identique et ils ont recréé la végétation en s’appuyant sur deux espèces de fourmis déjà présentes, les fourmis moissonneuses.

Le travail majeur des fourmis moissonneuses

Les fourmis moissonneuses jouent un rôle majeur pour la reconstitution de cette steppe. Elles récupèrent des graines à une dizaine de mètres de leur nid. Elles ne consomment pas l’ensemble des graines récoltées. Elles en oublient sur leur chemin et elles en mettent aussi à l’entrée de leurs nids. Au printemps, ces graines germent et donnent naissance à des plantes et des fleurs.

Dans le même temps, les fourmis ont une action importante sur le sol puisqu’elles brassent la terre. Elles amènent en surface des éléments du sol en profondeur.

Les résultats de la réintroduction des fourmis

Après ce constat, les scientifiques ont réintroduit 200 fourmis moissonneuses reines pour fonder des colonies. Cette restauration naturelle est appelée « ingénierie écologique ». En 2017, les sols situés près des nids de fourmis contenaient plus de nutriments que dans les zones où il n’y en avait pas. Cette utilisation de l’ingénierie écologique a donc permis d’accélérer la restauration du lieu.

Ces solutions fondées sur la nature ont coûté peu cher car c’est un organisme vivant qui a restauré le lieu. Seul le travail de recherche en amont a eu un coût. De plus, cette technique n’a pas émis de CO2 et des huiles polluantes.

Réalisateur : Jean-Philippe Camborde / Thomas Marie

Nom de l'auteur : Jean-Philippe Camborde / Thomas Marie

Producteur : La Belle société / Universcience / MNHN/ CNRS / INSERM / France Télévisions / A way to wake up / Ceebios / Ville de Senlis / Biomimicry Europa. Avec le soutien du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie; Avec la participation de l’AMCSTI, de la Fondation Unit, de la Fondation pour la recherche sur la Biodiversité, de Canal U et de Campus Santé TV

Année de production : 2019

Publié le 17/03/21

Modifié le 07/04/21

Ce contenu est proposé par