Vidéo : Stocker nos données numériques sur ADN

icu.next-video

Contenu proposé par

France 24
Sciences de la vie et de la Terre06:17Publié le 29/07/2022

Stocker nos données numériques sur ADN

Elément Terre

Les GAFAM dépendent de notre capacité à générer le plus de données possibles. Toute photo est dupliquée dans le cloud pour être accessible, même si on la supprime de son smartphone. Pourtant, c’est officiel : le stockage dans le cloud est limité. L’équipe d’Elément Terre enquête sur cette facette du stockage de données et mesure l'importance des conséquences environnementales et énergétiques. La nature pourrait donner une solution intéressante au stockage de données. 

Un volume en constante augmentation 

  • Le volume d’équipements, de contenus, de données et l’empreinte matérielle du stockage de données augmentent en parallèle. Du fait de la multiplicité des réseaux sociaux, des interactions digitales, des messageries privées, de la digitalisation... On atteint les 10 milliards de Go de données qui s'enrichissent de 2,5 millions toutes les 24 h. (N.B. : depuis la première diffusion de cette vidéo, les chiffres ont encore augmenté).
  • La consommation d’électricité des data centers absorbe jusqu’à 30% de la production électrique dans des pays comme l’Irlande et les Pays-Bas et représente près de 10 % de la consommation mondiale d’électricité. A moyen terme, cela risque de conduire à une crise de stockage de données avec la production de 4 % de CO2, de gaz à effet de serre.  

L’alternative la plus crédible : le stockage numérique sur de l’ADN 

L’usage de l’ADN, cette molécule, qui contient notre code génétique, permettrait de stocker les informations numériques à partir d’un encodage de données converties sous forme binaire avec des 0 et des 1, puis des lettres ATCG. Le code est intégré dans des bactéries, pour les copier et obtenir de l’ADN purifié. Le code se dépose ensuite sur des molécules d’ADN, tels les chromosomes. 

Quel avenir pour le stockage sur ADN ? 

On peut stocker l'ADN dans de petites capsules métalliques. Aujourd’hui, 100 grammes d’ADN, seraient suffisants pour stocker les bases de données de tous les data centers du monde. Ecoresponsable et stable dans le temps, la technologie est sans apport d’énergie et peut être fonctionnelle. Pourtant, elle coûte encore très cher et les grands noms de la tech continuent de chercher des alternatives d’informations massives à un coût raisonnable.

Producteur : France 24

Publié le 29/07/22

Modifié le 29/07/22

Ce contenu est proposé par