Vidéo : La commande du mouvement

icu.next-video

Contenu proposé par

Réseau Canopé
Sciences de la vie et de la Terre03:24Publié le 03/09/2021

La commande du mouvement

Corpus, au cœur des organes

Les mouvements volontaires du corps sont commandés par le cerveau. À ses différentes aires correspondent des types de commande spécifiques. Cortex moteur, lobe frontal, lobe temporal, lobe pariétal, thalamus, cervelet jouent chacun un rôle bien particulier dans la formation et la transmission des messages nerveux vers l’extrémité des fibres neuronales qui activent les muscles.

Dans le cerveau

Les mouvements effectués de façon volontaire impliquent plusieurs organes. Tout commence dans le cerveau. L'imagerie médicale permet de visualiser les zones impliquées lors d'un mouvement volontaire.

Le cortex moteur joue un rôle essentiel. A tout instant, il reçoit des messages nerveux de différentes zones cérébrales :

  • Le lobe frontal lui donne des objectifs à réaliser.
  • Le lobe temporal lui rappelle les stratégies qu'il a déjà adoptées pour planifier un mouvement.
  • Et le lobe pariétal lui indique la situation du corps dans l'espace.

L'intention d'effectuer un mouvement est donc déclenchée dans le cortex moteur. Des interactions avec d'autres zones du cerveau sont mises en œuvre.

  • Les ganglions de la base et le thalamus interviennent pour rendre le mouvement harmonieux.
  • Le cervelet joue un rôle primordial dans l'enchaînement et la durée des différentes phases du mouvement à réaliser.

Le cortex moteur recrute certains neurones qui iront activer des muscles très précis. Chaque partie du corps est en effet prise en charge par une zone plus ou moins large du cortex moteur. Plus la zone est grande, plus la précision du mouvement est importante.

Le trajet des messages nerveux moteurs

Un neurone recruté dans le cortex moteur comporte un long axone qui se prolonge dans la moelle épinière. Il constitue une voie descendante pour les messages nerveux en empruntant la substance blanche. Pour transmettre l'information nerveuse, cet axone entre en jonction avec un neurone moteur dans la substance grise de la moelle épinière.

Le neurone moteur peut recevoir d'autres informations nerveuses en même temps provenant d'autres neurones. Il intègre toutes les informations nerveuses dans son corps cellulaire et engendre un nouveau message, alors acheminé jusqu'aux muscles. L'axone du neurone moteur se prolonge dans un nerf rachidien en empruntant la racine ventrale.

L’arrivée aux muscles

Le message nerveux parvient alors à l'extrémité de l'axone, c'est-à-dire à la jonction neuromusculaire encore appelée synapse neuromusculaire. Il déclenche la libération d'un neurotransmetteur : l'acétylcholine.

Cette molécule se fixe sur des récepteurs au niveau des fibres musculaires. Activées, ces fibres constituent une unité motrice. Dedans, des myofibrilles glissent les unes par rapport aux autres. Ces déplacements créent un raccourcissement des fibres musculaires. Ce phénomène, répété dans de nombreuses fibres, engendre la contraction du muscle. Sa longueur totale diminue, ce qui tire sur les tendons qui le raccordent aux os. Une articulation est mise en jeu et le mouvement est réalisé.

Réalisateur : Marc Desenne et Damien Milcent

Producteur : Réseau Canopé / Universcience

Année de copyright : 2014

Année de production : 2014

Publié le 03/09/21

Modifié le 16/10/21

Ce contenu est proposé par