Vidéo : La laïcité

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
EMC07:09Publié le 07/03/2022

La laïcité

C'est ton droit !

En France, toutes les religions (christianisme, islam, judaïsme, bouddhisme..) coexistent grâce au principe de laïcité. Explications avec Camille Décode.

C’est quoi la laïcité ?

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Ces mots sont tirés de la Constitution, texte suprême français. Pour le droit français, la laïcité est donc aussi importante que l’égalité ou la liberté. L'État a pour obligation de ne pas intervenir dans l’exercice des croyances et des religions des citoyens.

A quoi sert la laïcité ?

  • La laïcité garantit notre liberté de conscience et celle de manifester nos convictions. On peut donc pratiquer (chez soi et dans l’espace public) le culte que l’on souhaite et le dire librement. Grâce à la laïcité, les citoyens sont tous égaux devant la loi quelles que soient leurs croyances.
  • La laïcité implique la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses. Depuis 1905, en France, l'État ne subventionne ou ne salarie aucun culte.

⇒ A retenir : d’un côté, la laïcité permet à chacun d’exercer librement son culte. De l’autre, elle impose à l’Etat une obligation de neutralité.

Comment est née la laïcité ?

Sous l’Ancien Régime, le roi de France est un monarque de droit divin, représentant direct de Dieu sur terre. Le christianisme est la religion d'État, et le clergé financé par l'impôt. A partir du XVIIIe siècle, tout commence à changer. Combattant l’oppression religieuse et politique, des hommes comme Voltaire ou Diderot posent les bases de la laïcité. Puis, avec la Révolution française, le peuple se soulève contre la noblesse et le clergé pour devenir leur égal.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, texte fondateur de la République, est adoptée le 26 août 1789. Son article 10 proclame la liberté de culte, préalable nécessaire à la reconnaissance de la laïcité : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. ». Pour la première fois en France, les citoyens ne sont plus soumis à l'Église catholique, de sorte que les protestants ou les juifs français obtiennent la liberté religieuse. Cette séparation entre l'Etat et l'Eglise est plus tard remise en cause. Napoléon signe en 1801 le Concordat qui désigne le catholicisme comme « la religion de la majorité des Français ». Au niveau scolaire, le fossé entre Etat et clergé se creuse. La loi Jules Ferry de 1882 supprime l’enseignement religieux du programme de primaire au profit d’une instruction morale et civique. Enfin, la loi de 1905 proclame la séparation entre les Eglises et l’Etat.

Laïcité en France : la liberté religieuse et ses limites

En principe, les citoyens peuvent exercer librement leur religion. Ils peuvent croire ou ne pas croire, porter les signes religieux ou aller prier dans un lieu de culte. Cependant, dans certains cas, cette liberté peut être limitée :

  • dans l’espace public. L’exercice de la liberté religieuse doit se faire sans causer de trouble à l’ordre public, c’est-à-dire sans mettre en danger la sécurité, la salubrité ou la tranquillité publiques. Par exemple, la loi impose que l'on ne dissimule pas son visage dans l’espace public. Impossible de se balader dans la rue avec son casque de moto sur la tête, de porter une cagoule cachant intégralement son visage, ou de porter une burqa.
  • dans la sphère privée. A son domicile, chacun peut vivre sa religion librement. La loi interdit toutefois de faire des sacrifices religieux chez soi.
  • en entreprise. Chacun est, en principe, libre de porter les symboles de sa religion s’il le souhaite. Mais attention, cette liberté peut être limitée par l’employeur notamment pour des raisons de sécurité, de santé ou d'hygiène sanitaire.
  • dans les lieux de culte. On pourrait penser que la liberté religieuse est totale. Mais, il faut respecter les mesures de sécurité et ne pas troubler l’ordre public. Par exemple, les nuisances sonores d'un édifice religieux.

La laïcité à l'école

L’école est un service public. Les personnes qui y travaillent doivent respecter la neutralité. Impossible donc pour un enseignant de porter un signe ou un vêtement religieux au sein d’une école publique. A noter que lors des sorties scolaires, les parents accompagnants ne sont pas considérés comme exerçant une mission de service public et ne sont donc pas soumis à la neutralité. Eux peuvent tout à fait porter des signes, tenues ou accessoires religieux.

Quant aux élèves, ils ont l’interdiction, depuis une loi de 2004, de porter des signes religieux dits ostensibles (voyants) au sein des établissements scolaires publics. Cela peut être un vêtement, un accessoire religieux mais aussi un bijou.

⇒ Cette loi s’applique jusqu’au lycée mais ne concerne pas l’enseignement supérieur. Un étudiant peut donc porter des signes religieux à l’université, par exemple.

 

► Découvrez tous les épisodes de C'est ton droit !

Réalisateur : Adrien Benoliel

Nom de l'auteur : Sarah Boukaïba, avec la participation de Camille Décode et Michael Correia

Producteur : Outsideur

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2022

Publié le 07/03/22

Modifié le 07/03/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau
Reprise de lecture Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !