Vidéo : La laïcité, un moyen pour vivre ensemble

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Enseignement moral et civique03:57Publié le 11/10/2021

La laïcité, un moyen pour vivre ensemble

Les clés de la laïcité

La laïcité permet à chacun de vivre pleinement dans l’espace public. Les fonctionnaires dans le service public doivent s’abstenir d’affirmer leurs convictions politiques ou religieuses. Seule l’école publique, lieu d’émancipation et d'apprentissage de l’esprit critique, interdit pour tout le monde les signes religieux. 

Savoir différencier les choses 

L’espace public, c’est la rue, les commerces, un service public, c’est la mairie, la police, et enfin l’école publique est un espace particulier. La laïcité dans le service public impose aux fonctionnaires qui représentent l’Etat de rester neutres. Ils ne peuvent afficher de quelque manière que ce soit ni discours, ni attributs politiques ou religieux. Vous imaginez un policier vous conseillant d’aller allumer un cierge pour retrouver plus vite votre voiture volée ?

Dans la rue, dans un magasin, dans le bus, n’importe où ailleurs, c’est-à-dire dans l’espace public, chacun s’habille exactement comme il veut, moche ou pas, à la mode ou ringard, court ou long, avec un voile, une kippa, voire les deux à la fois, rien n’est interdit sauf les extrêmes, comme se promener tout nu, ou complètement dissimulé. Le voile est donc tout-à-fait possible en France, sauf à l’école, on y arrive. Seulement, parfois, il peut susciter des réactions hostiles de la part d’une partie de la population. Il peut être vu par certains comme un objet sexiste, car il est obligatoire dans des pays où la femme est privée de nombreux droits. Il est utilisé comme un étendard par des extrémistes religieux ou parfois cité en exemple par des racistes qui voudraient que les musulmans soient invisibles en France. Bref, malheureusement, le voile est souvent instrumentalisé.

Pourquoi l’école publique doit-elle être un lieu de neutralité ?

En entrant en classe, on laisse ses croyances de côté pour se consacrer aux connaissances et se construire comme citoyen libre et conscient. A l’école, on y apprend la possibilité du choix et de l’émancipation, on apprend la mixité, la théorie de l’évolution, les vérités factuelles, les mêmes matières et de la même manière pour tout le monde. L’école enseigne la liberté de croire ou de ne pas croire, mais surtout la liberté de pensée.

En 2004, les députés ont décidé que les élèves du primaire, du collège et du lycée devaient respecter cette neutralité pour laisser le champ libre à l’apprentissage des connaissances. A la cantine aussi on laisse ses croyances à l’extérieur. Bien sûr, il y a beaucoup d’interdits alimentaires que certains souhaitent suivre, parce qu’elle est neutre, la cantine ne peut pas se plier à des recommandations religieuses, mais elle les respecte, et des alternatives sont proposées pour que tout le monde se régale et puisse déjeuner ensemble.

L’histoire de notre pays

Il reste bien sûr des traces de la plus ancienne religion française dans le paysage et l’organisation de notre vie collective, mais c’est l’histoire de notre pays. Le calendrier que nous utilisons a été établi par les chrétiens, c'est le dimanche que l’on ne travaille pas, on parle des vacances de Pâques, ou du pont de la Toussaint.

Les révolutionnaires de 1789 avaient même voulu rompre avec ce calendrier, inventer de nouveaux mois et faire débuter l’an 1 en septembre 1792. Ça n’a pas tenu. Le calendrier n’est plus chrétien, à l’usage il est devenu celui de tout le monde dans de nombreux pays, un peu comme les chiffres inventés par les Arabes qui sont utilisés partout dans le monde, c’est quand même plus pratique.

Aujourd’hui, alors que la composition de la population française a beaucoup évolué, avec plusieurs vagues d’immigration qui font notre histoire, que les échanges se sont mondialisés, la laïcité est le cadre pour que chaque religion puisse vivre sur notre territoire sans se faire concurrence, en se respectant. Tout n’est pas parfait, loin de là, mais la laïcité n’y est pour rien.

Réalisateur : Olivier Marquézy

Nom de l'auteur : Thomas Legrand

Producteur : La Générale de Production

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 11/10/21

Modifié le 12/10/21

Ce contenu est proposé par