La piraterie maritime moderne

Géopoliticus
Publié le 31/01/19Modifié le 26/11/19

Sur le même sujet

Qui sont les pirates d’aujourd’hui ? Si la piraterie existe depuis l’Antiquité, le XXIe siècle continue de connaître ce phénomène qui déstabilise des zones entières du monde.

Comme leurs ancêtres, les pirates modernes prennent pour cibles des navires de commerce et de pêche, ou des bateaux de plaisance. Kidnapping, rançon, vol, meurtre : les actes de piraterie sont violents. Selon le Bureau Maritime International, plus de 4 000 attaques ont été répertoriées ces 20 dernières années.

4 régions du monde sont principalement touchées :

  • Parmi elles, l'Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est et le sous-continent indien, où les principales cibles sont les navires de commerce. Les brigands cherchent surtout à voler du matériel facile à revendre comme des biens de l’équipage, des outils, des pièces de rechange, etc.
  • En Afrique ensuite : à l’ouest, dans le golfe de Guinée et notamment les côtes du Nigéria qui concentrent 60 % des attaques de la zone. Les zones portuaires sont particulièrement vulnérables. Les pirates sont le plus souvent bien armés et violents et leurs attaques de plus en plus sophistiquées. Leur but : piller les navires ou leur cargaison et kidnapper des membres d’équipage.
  • À l’est du continent africain, les eaux au large de la Somalie mais aussi dans le golfe d’Aden sont également le théâtre d’attaques armées attribuées aux pirates somaliens. Leur nombre a néanmoins drastiquement baissé ces dernières années. La raison : la présence des marines occidentales, et l’opération navale Atalante lancée par l’Union européenne en 2008 pour lutter contre la piraterie dans la zone.
  • Il y a aussi les côtes de l'Amérique du Sud et la mer des Caraïbes. Ici, ce sont les bateaux de plaisance qui sont des cibles privilégiées.

Mais qui sont les pirates ?

Derrière ce mot, plusieurs réalités coexistent. On distingue 3 types de pirates :

  • Premièrement, les voyous des mers. Dans ce cas, c’est souvent la pauvreté qui est en cause. C’est un moyen « facile » de s'enrichir : les navires marchands ne sont pas rapides et sont bas sur l'eau, ce qui rend l'abordage aisé. Les salaires étant payés à bord, il y a de l'argent liquide dans les bateaux. Dans certaines zones, les pirates sont d'anciens pêcheurs qui à cause de la surpêche et de la raréfaction des ressources naturelles se sont tournés vers la piraterie pour survivre.
  • Il y a aussi les gangs qui dépendent de groupes criminels organisés, mafias et triades. Par exemple, selon un rapport de 2013, plus de 330 millions de dollars de rançon auraient été versés entre 2005 et 2012 aux pirates qui agissent au large de la Somalie et de la corne de l'Afrique. Cet argent est ensuite utilisé pour alimenter des activités criminelles, allant du trafic d'êtres humains au financement de milices. Une fraction infime, moins de 0,1 % des rançons, est perçue par les pirates eux-mêmes.
  • Autre type de pirates, ceux liés aux groupes terroristes. Leurs attaques, elles, ont un caractère politico-stratégique.

Voyons maintenant comment s’organise la lutte contre les pirates.

Pour lutter contre le phénomène, les législations internationales s'adaptent. Par exemple après le 11 septembre 2001, l’Organisation Maritime Internationale a mis en place le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires.

En France la loi de 2010 a réintroduit le crime de piraterie et autorise les forces armées à intervenir. Les armateurs équipent leurs bateaux en conséquence. Ainsi, depuis 2006 tous les navires de charge possèdent un système « d'alarme silencieuse » qui envoie des données par communications satellite. Et les sociétés privées de protection prospèrent.

Mais le phénomène perdure et les enjeux sont nombreux : comme pour ses prédécesseurs, il ne s'agit pas pour le pirate moderne de prendre le contrôle d'une zone maritime mais de trouver en mer ce qui lui fait défaut sur terre : de quoi subvenir à ses besoins économiques et politiques.

Pour aller plus loin

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Julie Chansel

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :