Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

icone play

Contenu proposé par

France Médias Monde
sso_title
sso_description
Histoire02:36

L'assassinat de Gandhi

Portrait de Gandhi

Après avoir combattu la violence toute sa vie, avec pour seules armes la tolérance, la désobéissance civile et le jeûne, Gandhi est assassiné le 30 janvier 1948 par Nathuram Godse, un extrémiste hindou.

Un combat pour l’indépendance

Deux millions d’Indiens assistent aux funérailles du « père de la nation ». Six mois plus tôt, le Royaume-Uni a accordé son indépendance à l’Inde, aboutissement d’une longue bataille initiée et menée particulièrement par Gandhi.

Deux communautés religieuses s’affrontent à travers leur parti politique sur les termes de l’indépendance. Le parti du Congrès à majorité hindoue souhaite un Etat unitaire. La Ligue musulmane veut la création d’un Etat indien musulman. Avec l’accord du Congrès, l’indépendance est finalement assortie de la division du pays en deux : l’Inde (à majorité hindoue) et le Pakistan (à majorité musulmane).

Guerre civile et grève de la faim

Cette partition sur des bases religieuses entraîne des combats violents entre hindous, musulmans et sikhs faisant près de 1 million de morts. Et provoque un exode de plus de 10 millions de personnes. Gandhi refuse la partition et s’oppose à la décision du Congrès. A 78 ans, au péril de sa vie, le Mahatma entreprend un jeûne pour faire cesser les massacres et les violences envers les musulmans.

L’organisation hindouiste Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS) accuse Gandhi d’être trop conciliant avec les musulmans et le Pakistan. Le 30 janvier 1948, Nathuram Godse, militant du RSS, abat le Mahatma de plusieurs balles à bout portant en pleine poitrine.

Si la doctrine de Gandhi n’a pas permis d’empêcher la partition de son pays et les violences interreligieuses, l’Inde entre néanmois, peu après sa mort, dans une ère de liberté et de reconstruction, menée par Jawaharlal Nehru, premier Premier ministre de l’Inde et disciple du Mahatma…

Nom de l'auteur : Véronique Barral

Producteur : RFI

Année de copyright : 2018

Publié le 10/12/19

Modifié le 09/03/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par