Vidéo : L’Espagne : de la dictature à la démocratie

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire03:49

L’Espagne : de la dictature à la démocratie

Géopoliticus

Dans les années 1930, l’Espagne est politiquement très divisée. Le camp républicain et socialiste renverse la monarchie et instaure une République en 1931. Les forces conservatrices et royalistes d’une part, et les mouvements anarchistes de l’autre, tentent de se soulever à plusieurs reprises. Des milices voient le jour et la violence politique s’accroît.

La guerre civile (1936-1939)

Le 18 juillet 1936, un coup d’État contre le gouvernement du Front populaire déclenche une guerre civile. Le général Francisco Franco prend la tête de la junte militaire. Il est soutenu en grande partie par les militaires, l’Église catholique, et par les classes les plus aisées et conservatrices. Dans le camp républicain, on trouve un large spectre de la gauche, des populations ouvrières, mais aussi des républicains de droite modérée. En 3 ans, la guerre fera plus de 600 000 morts et 440 000 exilés. La plupart des républicains fuiront en France.

En avril 1937, Franco créé le système politique qui régira l’Espagne pendant 40 ans : il sera ensuite connu sous le nom de Mouvement national. Un mécanisme de valeurs idéologiques et de structures totalitaires fascistes, fondées sur l’unité nationale, la tradition, la famille, et la piété catholique. Il est incarné dans un parti unique, la Phalange. Franco remporte la guerre en 1939.

La dictature de Franco (1939-1975)

La dictature revient sur de nombreux droits, comme l’expression des régionalismes, les mouvements d’opposition ou encore le divorce. Le régime aurait exécuté plus de 100 000 personnes et mis en place des camps de concentration pour y incarcérer plus de 700 000 opposants, homosexuels et gitans. À cela s’ajoutent quelques 30 000 enfants retirés aux familles républicaines pour être placés dans des foyers franquistes ou des orphelinats gérés par des catholiques. L’État franquiste contrôle tout l’appareil économique. Le pays vit dans la misère et la faim à cause du rationnement et des conséquences de la guerre. Il n’y a pas d’élections libres et les députés sont nommés directement par Franco.

Entre les années 1950 et 1970, avec l’aide des États-Unis qui voient en l’Espagne un allié contre le communisme, le pays se redresse économiquement. Mais la répression et la surveillance demeurent. La culture de masse et les classes moyennes se développent. L’éducation est réformée pour s’apparenter aux standards européens. Au même moment, s’organisent de nouveaux mouvements d’opposition, notamment l’ETA. Ce groupe indépendantiste basque multiplie les attentats. Certains membres sont condamnés à mort et exécutés, suscitant des manifestations dans plusieurs pays d’Europe et en Espagne. Par ailleurs, le Vatican avec qui l’État espagnol avait signé un concordat, approuve de moins en moins le régime de Franco.

La santé du dictateur décline et le 20 novembre 1975 Francisco Franco meurt, laissant le pouvoir à son successeur désigné, le roi Juan Carlos Ier. Celui-ci engage le pays dans une transition démocratique. En 1977, les premières élections libres sont célébrées. Et en 1978 l’Espagne devient la monarchie constitutionnelle qu’elle est aujourd’hui.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Mélissa Barra

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Publié le 11/03/20

Modifié le 11/03/20

arrow
voir plus