Flux migratoires : focus sur la Méditerranée

Géopoliticus
Publié le 09/01/19Modifié le 26/11/19

Sur le même sujet

Flux migratoires : focus sur la Méditerranée

Depuis 2010, les conflits au Maghreb, au Moyen Orient, dans la Corne de l’Afrique et la péninsule Arabique sont la raison majeure du déplacement des populations et de leur fuite vers l’Europe via la Méditerranée. Ces afflux ponctuels sont les conséquences de problèmes politiques et economiques auxquels les pays européens répondent  par des politiques migratoires toujours plus restrictives. 

Avec l’application en 1995 de l’accord de Schengen sur la libre circulation au sein de 26 États européens, ces derniers ont renforcé les contrôles sur leurs frontières extérieures et durci les voies légales d’entrée dans l’espace Schengen. L’Europe externalise aussi le contrôle à ses frontières : elle demande à d’autres pays de contenir sur leur territoire et d’arrêter ou d’expulser tout migrant qui tenterait de faire le voyage en Europe hors des voies légales.
C’est ainsi que la Libye a longtemps maintenu les migrants sur son territoire à la demande de l’Europe, moyennant finances et assurant une reconnaissance internationale à Khadafi. Suite à la guerre civile qui débute en 2011, la Lybie sombre dans le chaos et devient un des principaux points de départ des migrants. En Syrie débute également une terrible guerre civile en mars 2011. Sept ans après, près du quart de la population - environ 6 millions de personnes - ont été contraintes de fuir le pays.

Différentes routes migratoires traversent actuellement  la Méditerranée.

À l'Ouest, les exilés sub-sahariens arrivent au Maroc et passent en Espagne principalement via Ceuta et Mellila, deux enclaves espagnoles situées sur le territoire marocain.
Au centre, souvent originaires de la Corne de l'Afrique, du Yémen, de l’Érythrée, du Soudan et de la Somalie, les migrants arrivent en Libye et entrent en Italie par la Sardaigne, la Sicile ou Lampedusa.
À l'Est, fuyant guerres et conflits au Moyen Orient, en Syrie, en Afghanistan ou en Irak, les migrants arrivent en Turquie et passent en Grèce en traversant la mer Égée.
Le 3 octobre 2013, au large de Lampedusa, un bateau de pêche transportant plus de 500 migrants fait naufrage. Bilan : 366 morts. L'Italie déclenche alors Mare Nostrum, une opération militaro-humanitaire pour secourir les naufragés et dissuader les passeurs. Plus de 100 000 personnes sont repêchées entre le 15 octobre 2013 et le 31 octobre 2014.
Le 1er novembre, Mare Nostrum est remplacée par Triton : cette simple opération de police aux frontières de l'agence européenne Frontex laisse les bateaux en détresse sans solution.

À l'été 2018, jusqu’à 5 bateaux gérés par des ONG ont porté secours aux migrants en Méditerranée. L'association SOS Méditerranée qui apportait depuis février 2016 une réponse humanitaire d'urgence en Méditerranée centrale avec le navire Aquarius, a annoncé mettre temporairement fin à ses opérations le 6 décembre 2018. L’association dénonçe le harcèlement politique, administratif et judiciaire qui vise les ONG de recherche et de sauvetage. D’autres ONG européennes, comme la catalane Proactiva Open Arms, patrouillent encore. Mais face à de nombreuses difficultés, elles font surtout de la surveillance.

En 2017, selon l'Organisation internationale des migrations, 3 119 migrants sont morts ou portés disparus en traversant la Méditerranée. Selon Médecins sans frontières, 2 133 personnes y auraient trouvé la mort depuis le début de l'année 2018. À ce jour, l'Europe n'apporte aucune solution satisfaisante, ni pour prévenir les conflits dans les pays d'émigration, ni pour le sauvetage et la prise en charge des migrants.

Pour en savoir plus 

 

 


 

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Julie Chansel

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :