L'Union européenne, une puissance militaire ?

Géopoliticus
Publié le 30/05/19Modifié le 26/11/19

Sur le même sujet

L’Union Européenne est-elle une puissance militaire ?

En 1954, la Communauté européenne de défense devait voir le jour.

  • Objectif : mettre en commun les capacités militaires de la France, de la République Fédérale Allemande, de la Belgique, de l’Italie, du Luxembourg et des Pays-Bas.
  • La CED devait créer "une armée européenne rattachée à des institutions politiques de l'Europe unie, placée sous la responsabilité d'un ministre européen de la Défense, sous le contrôle d'une assemblée européenne, avec un budget militaire commun". Les contingents fournis par les pays participants auraient dû être incorporés dans l'armée européenne. Mais le traité est rejeté par l’Assemblée Nationale française le 30 août 1954.
  • Depuis, les Européens n’ont jamais véritablement réussi à s’unir dans le domaine de la défense, en dehors du traité signé dans le cadre de l’Organisation de l’Atlantique Nord en 1949. La défense du territoire européen est toujours aujourd’hui la prérogative des capitales européennes et de l’Otan, en vertu de l'article 5 du traité de Washington.

Ce traité fait dépendre l’ensemble de la défense collective du territoire de l’Europe de l’Alliance atlantique et de la garantie de sécurité américaine. Pourquoi la défense de l’Europe dépend-elle des États-Unis ? Parce que la défense n'est pas dans l'ADN de l'UE.

L'union européenne bâtie sur une vision "non-militariste" 

L’Union a en effet été bâtie sur une vision non militariste et "gagnant-gagnant" des rapports entre pays qui doivent être régulés par les normes du droit international.

  • L'UE a longtemps cru que cette approche s'imposerait partout, y compris dans son environnement régional. Elle s’est trompée : certains acteurs comme la Russie n'ont pas renoncé à utiliser la force militaire pour arriver à leurs fins. La Russie a ainsi utilisé la force aux portes du territoire européen pour s’ingérer en Ukraine en 2014 et annexer la Crimée.

Aussi, les budgets militaires mondiaux sont en hausse : ils ont augmenté de 76% en 20 ans.

Depuis le tournant du XXè siècle, l'UE a pourtant fait le pari de tenter de construire une politique de défense commune.

  • Il s’agit de ce que l’on appelle aujourd’hui "défense européenne", "Europe de la défense", ou "PSDC" depuis le Traité de Lisbonne. Problème : dans tous les pays européens, envoyer un soldat en opération est une décision qui ne peut être prise que par les gouvernements nationaux et non par Bruxelles. 
  • Par ailleurs, les États européens ont des approches très différentes des questions militaires : ils n’ont pas toujours de vision claire pour savoir à quoi leurs forces armées devraient servir ; et la majorité des pays de l'UE n'ont paradoxalement pas d’armée moderne qu’ils seraient en mesure de déployer en dehors de leur territoire.
  • Pourquoi ? Principalement parce qu’ils dépendent depuis plus d’un demi-siècle de la garantie de sécurité américaine, tant du point de vue matériel que culturel.

À noter aussi que certains États européens sont neutres et souhaitent aujourd’hui le rester. C’est le cas de l’Autriche, la Finlande, l’Irlande, Malte et la Suède.
Ces divergences de vues rendent donc difficile la constitution d’une capacité commune de défense. Pour autant, la Commission européenne a récemment décidé de s’investir pour la première fois dans le domaine militaire. Depuis 2019, elle met à la disposition des États-membres des budgets non négligeables pour développer des moyens militaires, et une industrie de défense européenne. 
Cela sera-t-il suffisant pour surmonter les divergences d’approche de la question militaire ? Les prochaines années en témoigneront. Elles détermineront si l’UE est prête, ou non, à se doter d’une politique étrangère et de défense commune qui lui permettrait de s’affirmer comme acteur stratégique sur la scène internationale.

POur aller plus loin

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Olivier de France

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :