Vidéo : La cancel culture : qu'est-ce que c'est ?

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

La cancel culture : qu'est-ce que c'est ?

Decod'actu

L’autrice de la saga Harry PotterJ.K. Rowling, boycottée pour des propos sur les personnes transgenres. Des salariés licenciés pour des déclarations polémiques sur Internet… Bienvenue dans l’ère de la cancel culture ou culture du bannissement. Cette pratique sociale fait débat. Voici pourquoi.

De quoi s'agit-il ? 

Cette pratique consiste à boycotter voire ostraciser une personnepour ses propos ou ses comportements, même anciens. Concrètement, des individus ou des groupes militants révèlent sur les réseaux sociaux des propos ou agissements qu’ils estiment discriminants, racistes, sexistes et d’autres propos aussi problématiques et l’accompagnent d’un appel au boycott de leur auteur.

D’autres internautes suivent le mouvement et critiquent, parfois violemment, exigent des excuses voire des sanctions.

Le phénomène touche surtout des personnalités publiques. Outre J.K. Rowling, Kanye West ou encore Lana del Rey ont par exemple été concernés.

Cette pratique touche aussi des œuvres culturelles ou des symboles historiques. Des mouvements antiracistes militent pour déboulonner certaines statues, symboles selon eux, de l’esclavage ou de la colonisation. Ce fut le cas de Christophe Colomb aux États-Unis ou de Victor Schoelcher en Martinique et en Guadeloupe.

D'où vient ce phénomène ? 

La « culture de l’annulation » vient des États-Unis. Pour certains spécialistes, elle prend de l’ampleur avec le mouvement Me Too. Pour le politologue Jean-Eric Branaa, elle est aussi l’héritière de la culture western. Une époque où les têtes étaient mises à prix et où l’on jugeait sans procès équitable.

Pour ses défenseurs, il s’agit d’une nouvelle forme d’activisme qui permet à une population sans autre voix qu’Internet et les réseaux sociaux de dénoncer des discriminations. Les mouvements Me Too ou Black Lives Matter trouvent ainsi un levier d’action qu’ils n’ont pas au travers de la loi ou de la justice.

Mais ses détracteurs alertent sur ses dérives. Entre des accusations sans preuves, le non-respect de la présomption d’innocence, les réseaux sociaux peuvent se transformer en tribunaux populaires. De plus, les appels à l’annulation sont parfois suivis de vagues de cyberharcèlement contre les personnes jugées fautives.  

Aux États-Unis, des personnalités alertent aussi sur le risque d’autocensure et d’intolérance grandissante envers les opinions divergentes.

Que faire face à la cancel culture ?

Certains conseillent de signaler d’abord en privé des propos problématiques.

Concernant les symboles historiques, d’autres plaident pour la contextualisation plutôt que le retrait. C’est la solution trouvée pour le film Autant en emporte le vent. D’abord retiré d’une plateforme vidéo pour ses préjugés racistes, il a ensuite été remis en ligne avec un message d’avertissement.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Delphine Tayac

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 31/03/21

Modifié le 13/04/21

Ce contenu est proposé par

Tu aimeras aussi...