vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire04:32

Le sort des populations amérindiennes après la conquête des Amériques

Histoire de réviser

Dès leurs origines, à la fin du XVe siècle avec les premiers voyages de Christophe Colomb, les explorations menées vers le Nouveau Monde s'accompagnent d'une baisse démographique parmi les plus spectaculaires jamais observées au cours de l'histoire. Retour avec Manon Bril sur la quasi-disparition des populations amérindiennes, sous les effets conjugués des guerres des conquistadors, des travaux forcés dans les mines et les plantations, et du choc microbien.

Déclin démographique des indigènes après l’arrivée de Christophe Colomb

En 1492, Christophe Colomb arrive sur l’île d’Hispaniola – aujourd’hui la Républicaine dominicaine et Haïti -. Ce débarquement dans les Caraïbes constitue le tout premier contact entre Européens et Amérindiens. Et le début de la disparition de la population indigène. Dans le Nouveau Monde, de 100 millions d’indigènes avant la découverte de l’Amérique, on passe à 10 millions en 1570. 90% de la population a disparu.

Les Amérindiens victimes des guerres et du travail forcé

À leur arrivée dans le Nouveau Monde, les conquistadors obligent les Amérindiens à leur payer une contribution. Contrairement aux Aztèques ou aux Incas qui ont de l’or, les indiens Taïnos de Hispaniola sont de simples chasseurs-cueilleurs et ne disposent pas de métaux précieux. Pour compenser, les Espagnols les soumettent au travail forcé, dans les champs ou dans les mines. C’est le système de l’encomienda, qui s’accompagne de mauvais traitements et de violences. Les indigènes se révoltent en vain. Ils ne peuvent pas lutter contre les armes des colons et sont tués. Cette conquête par la force se systématise sur tous les territoires. Au Mexique, Cortés impose l’encomienda aux Aztèques. Dans les Andes, Pizarro renverse les Incas et les envoie dans les mines du Pérou. Au Brésil, l’explorateur portugais Cabral réduit les indiens Tupis en esclaves dans les plantations de canne à sucre.

Les indigènes décimés par les maladies venues d'Europe

Les indigènes sont aussi victimes des épidémies. Variole, typhus, rougeole, grippe… Lorsque les colons débarquent, ils apportent avec eux les discrètes mais très meurtrières maladies. Les Amérindiens n’ont aucun anticorps contre elles. C’est ce qu’on appelle le choc microbien.

Opposition de deux visions du colonialisme en Europe

En Europe, l’opinion publique commence à s’indigner face au sort réservé aux Amérindiens. Dès 1512, les lois de Burgos obligent les conquistadors à nourrir correctement les indigènes, à ne pas les faire travailler jusqu’à épuisement, à leur fournir un hamac pour dormir. En 1537, le pape Paul III interdit l’esclavage des Amérindiens. En 1539, Bartolomé de Las Casas commence à rédiger sa Très brève relation de la destruction des Indes (1542) qui dénonce publiquement les agissements des colons dans le Nouveau Monde. Cette prise de position aboutit au milieu du XVIe siècle à la Controverse de Valladolid où le même Las Casas, opposé à Juan de Sepulveda, obtient une nouvelle législation de l'empereurCharles Quint pour adoucir le sort des Amérindiens.

Réalisateur : Alexandre Philippe

Nom de l'auteur : Benjamin Valière, Manon Bril, Séverine Bévérini, Bastien Bévérini

Producteur : France Télévisions, Goldenia Studios

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 23/03/20

Modifié le 22/04/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par