Vidéo : Les méduses

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire03:21Publié le 18/11/2021

Avec le réchauffement des eaux, la méduse est de plus en plus courante et il faut être prudent sur les plages corses car il peut y en avoir, dans l’eau ou bien même échouées, et attention, car qui s’y frotte… s’y pique !  

1500 espèces de méduses

Ce sont des bêtes transparentes que l’on ne voit pas, sans squelette, sans poumon ni vrai cerveau, se laissant porter par les eaux, un peu comme des sacs plastique, mais autrement désagréables. Il en existerait 1500 espèces, mais sur nos côtes, seulement 3 variétés : le rhizostome,  méduse volumineuse et inoffensive, surnommée méduse « chou-fleur ». Il y a également la méduse « œuf au plat » surnommée ainsi en raison de sa forme, ou encore la pelagia noctulica petite et violette, c’est elle qui pique les imprudents. La piquante pélagia présente une ombrelle transparente violette mesurant de 3 à 10 cm. Comme elle possède 4 pigments, on peut en rencontrer aussi des rouges, ou bien des roses… Au-dessous, 8 longs tentacules de 40 cm. L’ensemble est recouvert de cnidocystes qui sont des cellules urticantes. Un seul tentacule peut en contenir des milliers. Et comme si ça ne suffisait pas, l’ombrelle en contient elle aussi.

Comment les méduses se reproduisent-elles ?

La reproduction des méduses est curieuse. Certaines variétés asexuées vont bourgeonner à partir du rebord de l’ombrelle, d’autres se reproduisent à partir de polypes fixés sur le fond marin qui en se divisant spontanément, produisent de nouvelles méduses, et c’est ce qu’on appelle la strobilation.

Pélagia, elle, a une reproduction sexuée classique. A l’automne, les mâles libèrent leurs spermatozoïdes dans l’eau de mer, une eau chaude peut les faire se multiplier jusqu’à pulluler.

En 2017, on en a compté beaucoup, et plus grosses que d’habitude. Normalement, elles pondent en mai, et sont petites e été. Mais maintenant avec le réchauffement des eaux, elles se reproduisent en hiver et arrivent grosses sur nos plages en été.

On raconte qu’en 2007, en Irlande, un banc de méduses de 26 km2 et 10 m de profondeur a envahi une pisciculture tuant 100 000 poissons, ce qui explique aussi certains phénomènes de mortalité massive de méduses venues s’échouer sur les plages mais également dans les pays nordiques les millions de cadavres sédimentant au fond de fjords.

En Australie, il existe une variété de méduses dont un seul tentacule contient 5 millions de nématocystes : attention donc aux piqures qui peuvent entrainer des douleurs atroces et une mort par paralysie respiratoire et cardiaque… Heureusement que cette espèce est bien loin de chez nous !

Réalisateur : Laure Coeroli Fernandez

Nom de l'auteur : Anne-Laure Gérôme

Producteur : France 3 Corse ViaStella

Diffuseur : France 3 Corse ViaStella

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Publié le 18/11/21

Modifié le 18/11/21

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte