Vidéo : Robert Badinter, une enfance marquée par le nazisme

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire05:15Publié le 16/09/2021

Robert Badinter, une enfance marquée par le nazisme

Badinter, la vie avant tout

L’enfance de Robert Badinter prend fin le 10 mai 1940 alors qu’il n’a que 12 ans. L’Allemagne nazie a lancé sa grande offensive sur Europe de l’Ouest. En quelques semaines, l’armée du IIIe Reich balaie les troupes françaises, et les rues de Paris se parent de drapeaux nazis.

L’avènement du régime de Vichy

Robert Badinter abandonne brusquement l’insouciance de l’adolescence et en quelques mois, comme tant d’autres Français, sa famille perd tout, à commencer par la liberté. Il restera dans le Paris occupé jusqu’en décembre 1941.

Chez les Badinter, le judaïsme se pratique de loin. Ce qui prime, ce sont les valeurs républicaines, l’intégration, le travail, que ce soit dans la fourrure pour les parents, ou sur les bancs de l’école pour les enfants. Elèves brillants, Robert et son frère raflent les prix d’excellence chaque année dans leur école parisienne. Mais avec l’avènement du régime de Vichy, ce monde vole en éclats.

Les nouvelles lois font des Juifs français des citoyens honnis dont les biens sont saisis, dont l’embauche est interdite dans certains secteurs. Les Juifs étrangers risquent l’arrestation par simple décision des préfets. Les mesures se succèdent les unes aux autres, jusqu’au port de l’étoile jaune le 6 juin 1942.

Le père de Robert Badinter souffre de cette situation. La France, qu’il avait choisie en venant s’y installer, faisait de lui un ennemi.

En été, les premières rafles emportent la grand-mère de Robert Badinter, arrêtée par la police française, emmenée à Drancy, déportée le jour même, elle mourra dans le train, à 81 ans.

La fuite vers Lyon, en zone libre

L’heure est tragique et rester à Paris est suicidaire. La famille se résout à fuir vers Lyon, capitale de la zone libre, où le culte de Pétain s’affiche dans des cérémonies emphatiques, mais qui reste épargnée, pour l’heure, par les rafles.

Un répit de courte durée. En novembre 1942, après que les Américains débarquent en Afrique du Nord, les troupes allemandes envahissent aussi cette partie du pays.

La ville de Lyon se transforme en souricière. Le 9 février 1943, la Gestapo arrête des Juifs présents dans les bureaux d’une association rue Sainte-Catherine, à Lyon. Simon Badinter, le père de Robert, est parmi eux.

Producteur : Tohubohu

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Publié le 16/09/21

Modifié le 16/09/21

Ce contenu est proposé par