Vidéo : Le crime d'écocide : de quoi parle-t-on ?

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Actualité03:25Publié le 16/12/2021

Le crime d'écocide : de quoi parle-t-on ?

Décod'actu

Après les Maldives, le Vanuatu et la Belgique, le Parlement européen demande officiellement à la Cour pénale internationale de reconnaître le crime d’écocide. Le but : pouvoir poursuivre et juger les responsables des graves atteintes à l’environnement.

Qu’est-ce qu’un écocide ?

Écocide est l’association de deux mots : écosystème et génocide, pour dénoncer la destruction massive de l’environnement. Le terme d’écocide n’est médiatisé que depuis quelques années. Pourtant, dès 1970, le juriste et universitaire Barry Weisberg a popularisé ce mot, inventé par Arthur Galston, dans un ouvrage dénonçant l’utilisation de l’agent orange lors de la guerre du Vietnam. Entre 1961 et 1971, les Etats-Unis ont massivement répandu ce puissant herbicide pour détruire les forêts et les récoltes, empêchant leurs ennemis de se cacher et de se nourrir. Résultat : 20 % des forêts et 30 % des mangroves du Sud-Vietnam ont été ravagées.

Près de 50 ans plus tard, le terme d’écocide revient sur le devant de la scène internationale avec deux petits Etats insulaires : le Vanuatu et les Maldives. En 2019, menacés par la montée des eaux, ils réclament que le crime d’écocide soit reconnu et jugé par la Cour pénale internationale (CPI).

Les compétences de la Cour pénale internationale en matière d’écocide

Celle-ci est en charge des crimes les plus graves qui touchent l’ensemble de la communauté internationale :

  • génocide
  • crimes de guerre
  • crimes contre l’humanité
  • crimes d’agression

Actuellement, elle peut traiter d’atteintes graves à la nature, mais uniquement dans le cadre de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Comme l’empoisonnement intentionnel de sources d’eau pour tuer une population, ravageant également les écosystèmes.

Pour pouvoir intégrer les crimes d’écocide, une majorité des 123 Etats qui reconnaissent la CPI doit accepter de traiter l’amendement qui sera proposé par un Etat, avant de l’adopter. Puis, chaque Etat devra ratifier la nouvelle loi.

Un processus très long vers la reconnaissance du crime d’écocide

Dans les années 1970, le terme d’écocide paraissait extrême. Mais aujourd’hui, porté par les militants écologistes, il est de plus en plus accepté par les opinions publiques :

  • outre les Maldives et le Vanuatu, la Belgique et même la France l’ont déjà utilisé.
  • en juin 2021, un groupe de juristes internationaux, mandatés par l’association Stop Ecocide, a proposé une définition légale internationale, fruit de six mois de travail. Cette définition commune est déjà un premier pas vers l’intégration du crime d’écocide par la CPI.

Si le crime d’écocide est reconnu, les responsables de déforestations massives, de surpêche, de déversement chimique, de pollution minière ou de marées noires, pourront être poursuivis, jugés et condamnés par la Cour pénale internationale.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Cécile Bontron

Producteur : France Télévisions-Corner Prod

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 16/12/21

Modifié le 11/01/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte