Le mystère de Filitosa

Clin d'œil en Méditerranée
Publié le 23/08/19Modifié le 23/08/19

Sur le même sujet

Les pierres dressées de Filitosa, témoignage guerrier ou message spirituel ?

Êtes-vous sûr de tout savoir sur Filitosa, ce site préhistorique mégalithique classé au titre de monument historique et qui reste l'un des plus énigmatiques de méditerranée ?

Printemps 1946, Charles-Antoine Cesari, agriculteur, achète une cinquantaine d'hectares de maquis à Filitosa pour y mettre ses chevaux. Le site lui plaît et il se dit que les blocs de granit éparpillés sous la végétation pourront être réutilisés en barrières. Mais en les redressant, il y découvre des  formes humaines. Convaincu du caractère exceptionnel de sa découverte, il entreprend de remettre debout les hommes de pierre et de les protéger du vandalisme car certains bergers pensent qu’en les ouvrant en deux, ils y trouveront de l'or.

Mais Prosper Mérimée, Inspecteur général des monuments historiques, a arpenté l’île à dos d'âne, un siècle plus tôt, pour en dresser l'inventaire archéologique et il n'a rien mentionné sur ce lieu. Alors Charles-Antoine va devoir attendre 1954 et l'arrivée de Roger Grosjean, archéologue et chercheur au CNRS, pour qu'enfin sa découverte soit reconnue. Ensemble, ils vont désormais se battre pour continuer les fouilles et protéger le site tout en le faisant connaître. Et quand les subventions ne suivent pas, Cesari y investit ses biens familiaux.

Que sait-on à ce jour du site ?

Les plus anciennes traces d'occupation humaine remontent au Néolithique ancien, soit 6000 ans avant notre ère. Les tessons de poterie et de céramique trouvés attestent d'une présence durant tout le Néolithique. Les meules retrouvées prouvent que l'agriculture y était pratiquée au IVe siècle avant J.C.

Les premières pierres dressées apparaissent mais elles restent brutes. Un millénaire plus tard, une vaisselle fine et des haches en bronze font leur apparition tandis qu'une enceinte protège les habitations.

La culture Torréenne se développe et la métallurgie se perfectionne. Et à partir de -1350, les premières statues-menhirs armées font leur apparition. Il y a Filitosa IX, au visage sculpté, Filitosa VI, coiffée d'un casque et encore l'impressionnant Filitosa V à la colonne vertébrale bien dessinée et qui porte une épée et un poignard.

A l'origine, peintes à l'ocre rouge, on ignore encore tout de leur signification. Evoquant des symboles phalliques, ces hommes de pierre sont-ils supposés fertiliser la terre ? Ont-ils été sculptés à la gloire d'importants personnages ? Représentent-ils des Paladins, qui dans la tradition orale protégeaient le peuple des pillards ?

A moins qu'ils ne soient l'incarnation de la force des guerriers Shardanes qui colonisèrent l’île ? D'ailleurs est-ce eux qui les ont projetés au sol ou est-ce l'oeuvre des premiers chrétiens qui voulaient ainsi anéantir les croyances païennes ? Beaucoup de questions qui attendent des réponses… Mais en attendant que la science les fasse parler les statues-menhirs continuent de veiller en silence sur Filitosa.

Réalisateur : Laure Coeroli Fernandez

Nom de l'auteur : Anne-Laure Gérôme

Producteur : France 3 Corse ViaStella

Diffuseur : France 3 Corse ViaStella

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :