Vidéo : Staline, jeune bolchevik

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:28Publié le 02/05/2016

Staline, jeune bolchevik

Apocalypse : Staline

Jeune voyou, Joseph Djougachvili, futur Staline, rejoint très tôt les rangs des bolcheviks, et réussit à se rapprocher de Lénine. Une vie faite de crimes et de prison, avec pour objectif, la révolution. Avant, un jour, de prendre seul la tête de l’URSS…

Les débuts du révolutionnaire Joseph Djougachvili

En 1903, Joseph Djougachvili, qui ne s’appelle pas encore Staline, est âgé de 25 ans et enchaîne les séjours en prison. C’est à cette période qu’il rejoint les bolcheviks, avec à leur tête, Lénine, alors en exil. Il s’agit de la tendance la plus dure du parti socialiste clandestin, qui s’oppose aux Mencheviks, plus modérés mais minoritaires. Lénine repère Staline et facilite son ascension à la tête des bolcheviks du Caucase. Il apprécie son sectarisme marxiste et son implication dans le financement du parti, par le biais des « expropriations », qui sont en réalité des braquages de banque. Si beaucoup de socialistes condamnent ces actes violents, lui les légitime, pour la nécessité de la lutte armée et de la révolution. A Bakou, il se lance dans le racket avec Vorochilov, secrétaire du syndicat du pétrole, et contrôle 50 000 ouvriers. Il menace les dirigeants d’industrie de grèves ou d’incendier les usines pour leur extorquer de l’argent.

Une vie de famille compliquée

Malgré sa vie clandestine, sans cesse exposée au danger et rythmée par les peines de prison, Staline rencontre Ekaterina Svanidze, une couturière, qui décède trois ans après leur mariage, et avec qui il a un fils, Iakov. Il ne peut pas s’en occuper, et confie son éducation à ses beaux-parents, avant de le récupérer une fois au pouvoir. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Iakov, devenu lieutenant d’artillerie, est capturé par l’Allemagne. Quand Staline apprend la nouvelle, il applique le décret qu’il avait lui-même mis en place, et fait arrêter l’épouse de Iakov, qu’il sépare ainsi de sa propre petite-fille. Lors de son interrogatoire, Iakov, que son père n’a jamais véritablement aimé, informe les Allemands que Staline craint un mouvement nationaliste russe, et que la création d’un gouvernement qui s’opposerait à lui pourrait aider à une victoire rapide de l’Allemagne nazie.

Réalisateur : Isabelle Clarke, Daniel Costelle

Producteur : Clarke Costelle & Cie

Année de copyright : 2015

Année de production : 2015

Publié le 02/05/16

Modifié le 18/01/22

Ce contenu est proposé par