Vidéo : La disparition de la femme de Staline

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire05:09Publié le 04/05/2016

La disparition de la femme de Staline

Apocalypse : Staline

Face à la politique mené par Staline, sa femme Nadejda est une des seules à oser s’interposer et à le critiquer. Un mari devenu dictateur qu’elle ne comprend plus, la poussant à aller jusqu’à se donner la mort…

Les tensions du couple autour de la situation désastreuse en URSS

Au début des années 1930, une grande famine frappe l’URSS, et plus particulièrement l’Ukraine. Celle-ci, que les Ukrainiens qualifieront de « Holodomor », soit « extermination par la faim », et qui est notamment causée par la politique de Staline autour de la collectivisation des terres, fera 5 millions de morts. Autour du dictateur, seule sa propre femme Nadejda ose le contester. Les deux époux vivent séparés la plupart du temps, elle ayant repris ses études à Moscou, pendant que lui passe une majeure partie de son temps à la campagne, d’où il gouverne à distance depuis ses datchas, des somptueuses villas. Ainsi, tandis que la population agonise, Staline joue à la variante russe de la pétanque, pêche la truite, ou encore lit un des 20 000 livres de sa bibliothèque.

Nadejda s’éloigne également de Staline à cause de la présence de Lavrenti Beria, qu’elle déteste. Ce Géorgien, comme Staline, qui deviendra rapidement le chef de la NKVD, nouveau nom de la police politique, se rapproche de plus en plus de son supérieur et est réputé pour son sadisme et sa cruauté. Lors de la conférence de Yalta, en 1945, Staline le présentera d’ailleurs à Roosevelt comme « notre Himmler à nous », en référence au chef de la SS. Depuis Moscou, Nadejda écrit à Staline, un homme qu’elle ne reconnait plus et qualifie elle-même de bourreau, pour lui faire part des tourments de la population.

La mort de Nadejda

Le 7 novembre 1932, le soir des célébrations du quinzième anniversaire de la Révolution, lors desquelles elle a défilé avec les étudiants, Nadejda est retrouvée morte d’une balle dans le cœur, un pistolet entre ses mains. Staline, que les rumeurs accusent de l’avoir tuée, ne sera pas présent à ses obsèques solennelles. Le suicide est vite avéré, mais sera camouflé pendant des décennies, leur propre fille Svetlana ne l’apprenant que par hasard dix ans plus tard. Un acte de désespoir, mais aussi de défi politique envers le dictateur, qui n’était plus celui qu’elle avait connu.

Réalisateur : Isabelle Clarke, Daniel Costelle

Producteur : Clarke Costelle & Cie

Année de copyright : 2015

Année de production : 2015

Publié le 04/05/16

Modifié le 22/11/22

Ce contenu est proposé par