Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

sso_title
sso_description
Géographie03:20

Les nouvelles routes de la soie

Géopoliticus

Le projet chinois des « nouvelles routes de la soie » (One Belt, One Road) vise à l’origine à créer un réseau d’infrastructures dédié au transport de marchandises de la Chine vers l’Europe, en passant par l’Asie centrale et l’Afrique. Les « nouvelles routes de la soie » font référence à l’ancien réseau de routes commerciales entre la Chine, le Moyen-Orient et l’Europe, à une époque où grâce à son commerce, la Chine dominait le monde.

Un enjeu économique et géopolitique pour la Chine

C’est en 2013 lors d’une visite au Kazakhstan que le président Chinois Xi Jinping a présenté le nouveau projet pour la première fois. Au départ présenté comme un projet économique visant à désenclaver la Chine intérieure mais aussi l’Asie centrale, les « nouvelles routes de la soie » constituent aujourd’hui une opportunité économique, politique et stratégique pour la Chine, face à la Russie et l’Inde. Les « nouvelles routes de la soie » incluent désormais potentiellement tous les pays du monde et relèvent d’enjeux stratégiques, voire militaires, avec le positionnement de bases chinoises. Elles redessinent la mondialisation en la recentrant sur le continent eurasiatique autour des intérêts chinois. Les « nouvelles routes de la soie » sont la dernière étape d’une stratégie de reconquête internationale. Pour Xi Jinping, la Chine doit redevenir l’empire du Milieu avant le centenaire de la République populaire en 2049.

La Chine face au reste du monde

Face au projet des « nouvelles routes de la soie », les réactions internationales ne se sont pas fait attendre. Le Japon et l’Inde, exclus du projet, cherchent à tempérer l’influence chinoise en lançant notamment en 2016 le projet de « corridor de croissance Asie-Afrique » ou « route de la liberté ».

Les pays d’Asie et d’Afrique, longtemps marginalisés dans la mondialisation, y voient une aubaine. Ils comptent bien en profiter pour se repositionner et dynamiser leur développement grâce aux infrastructures. La Russie, elle, reste prudente face à un projet qui réduit de fait son influence en Asie centrale. Elle a toutefois estimé qu’elle a plus à gagner en s’y ralliant. Les États-Unis, eux, voyant la Chine comme un rival potentiel, sont opposés à un projet qui renforce son influence. Enfin, les Européens restent très divisés car les « nouvelles routes de la soie » constituent aussi des opportunités. Ce projet des « nouvelles routes de la soie » souffre pourtant de certaines limites. La Chine pousse les pays à s’endetter pour construire les infrastructures nécessaires. Cette stratégie est qualifiée de « piège de la dette ». Pourquoi ? Parce que les pays endettés vis-à-vis de la Chine en deviennent redevables, surtout s’ils se retrouvent en difficulté pour rembourser. La Chine est ainsi accusée d’enfermer ses partenaires dans des dépendances à son profit. Ce projet titanesque en évolution permanente n’a pas fini de faire parler de lui.

 

Découvrez aussi si la Chine est le nouveau maître du monde.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Sylvie Matelly

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 13/01/20

Modifié le 13/01/20

arrow
voir plus