Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Changer notre alimentation pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Decod'actu
Publié le 09/01/20Modifié le 09/01/20

Avec la crise climatique, des voix s’élèvent pour demander aux populations des pays développés de changer leur alimentation. Mais en quoi le changement d’alimentation pourrait-il influer sur le réchauffement climatique ? Selon le GIEC, les experts climats de l’ONU, l’alimentation est responsable de près de 37% des émissions de gaz à effet de serre.

Dans la chaîne de production des aliments, quels sont les responsables du dérèglement climatique ?  

- L’homme déforeste, assèche les marais, pour obtenir des terres agricoles, empêchant ainsi l’absorption de dioxyde de carbone.  Il épand des pesticides et utilise des engrais chimiques particulièrement polluants créés à base d’énergies fossiles comme le gaz naturel, et libérant notamment un puissant gaz à effet de serre : l’oxyde nitreux.

- L’industrialisation de la production agricole permet par exemple d’obtenir des fruits et légumes hors saison.

- Les transports et les usines agro-alimentaires.

- La consommation de viande. Une récente étude de l’université d’Oxford préconise de réduire sa consommation de 90% dans les pays développés. Car l’élevage intensif concentre des animaux et génère de fortes émissions de méthane, un gaz à effet de serre. Et ce n’est pas tout : il monopolise aussi 70% des terres agricoles. Il est ainsi responsable d’une grande partie de la déforestation au Brésil ou en Argentine. À la place de la forêt, on plante des cultures de soja pour nourrir volailles, porcs ou bovins. Selon un récent rapport de Greenpeace, 87 % du soja utilisé en Europe sert à l’alimentation animale.

- Toutes les monocultures intensives détruisent les éco-systèmes. C’est aussi le cas de l’huile de palme. Selon le WWF, 90% des forêts d'Indonésie et de Malaisie ont été décimées pour la culture du palmier à huile.

Comment faire pour limiter ce déréglement climatique ? 

  1. - Eviter le gaspillage alimentaire. Selon le GIEC, « 25 à 30 % de la production de nourriture est gaspillée », alors qu'environ 820 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. L’université d’Oxford assure que réduire le gaspillage de 75% permettrait d’abaisser l’impact environnemental de l’alimentation de 25%.
  2. - Diminuer la consommation de viande. Et lorsqu’on choisit de manger de la viande, il faut opter pour des modes de production durables. Autrement dit, des modes de production locaux, sans apport extérieur.
  3. - Consommer des légumineuses : les céréales dites secondaires, les fruits, les légumes et les graines. Ces aliments doivent être produits localement et dans des systèmes respectueux de la nature et de ces cycles, et ne pas subir de transformation industrielle. L’ONU ne préconise aucun régime « parfait », à chacun de choisir ce qu’il met dans son assiette !

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Cécile Bontron

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :