Vidéo : Irak : les accusations des Etats-Unis en 2002

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire05:59

Irak : les accusations des Etats-Unis en 2002

Irak, destruction d'une nation

En 2001, les Etats-Unis sont meurtris par les attentats du 11 septembre. En réaction, George W. Bush décide de faire la guerre non seulement aux terroristes, mais surtout aux Etats qui les protègent. Bientôt dans le viseur du président américain : l’Irak.

La « lutte contre le terrorisme »

A la Maison Blanche, on accuse Saddam Hussein d’être complice des terroristes du 11 Septembre. Le président irakien pourrait aussi déclencher la prochaine agression d’envergure contre les Etats-Unis. Il faut l’attaquer avant qu’il n’attaque. Alors l’administration américaine sert bientôt des arguments puisés dans une réalité fantasmée, une alter-vérité. Elle cherche à tout prix à établir des liens entre Saddam Hussein et Al-Qaïda, une organisation terroriste islamiste fondé par Oussama Ben Laden, alors que les deux hommes se détestent. Pour les spécialistes français du renseignement, l’Irak n’est pas une menace. Il y a longtemps que le pays a renoncé au terrorisme dans ses relations internationales, et les dirigeants américains le savent bien.

L’un des principes des néo-conservateurs en général, c’est que mentir pour atteindre ses objets est permis. En d’autres termes, la fin justifie les moyens.

Lawrence Wilkerson, chef de cabinet du secrétaire d’Etat Colin Powell (2002-2005)

L’Irak et la menace nucléaire 

L’accusation la plus lourde concerne la bombe atomique. Pour la mettre au point, il faut posséder un minerai radioactif. Or, depuis 2001, la CIA soupçonne l’Irak d’avoir acheté 500 tonnes d’uranium au Niger. Dans ce pays enclavé d'Afrique de l'Ouest, le commerce de l’uranium est géré par un consortium, dont les Français sont les partenaires exploitants. La CIA sollicite alors la DGSE pour vérifier la piste. Les renseignements français n’ont aucune trace de cette transaction qui n’aurait pas pu passer inaperçue. Mais le vice-président américain Dick Cheney doute des conclusions françaises. Il presse la CIA de poursuivre son enquête.

Vers la guerre d’Irak

Armes chimiques, biologiques, nucléaires, alliance avec Al-Qaïda… Malgré tous les efforts des services américains, la récolte des preuves ne donne rien.

Pourtant le 12 septembre 2002, à l’ONU, le président américain va violemment s’en prendre à l’Irak, pendant une vingtaine de minutes en s’appuyant sur de fausses informations.

Réalisateur : Jean-Pierre Canet

Producteur : Tohubohu

Année de production : 2020

Publié le 01/02/21

Modifié le 01/02/21

Ce contenu est proposé par