Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Français27:22

Lire et voir une scène de théâtre classique autour du « Cid » de Corneille (7 avril)

La Maison Lumni, les cours - Collège

Le Cid de Corneille est une grande tragédie qui a défrayé la chronique en 1637. Le 5 janvier 1637 au théâtre du Marais, Corneille devient un grand auteur de théâtre. Sa pièce déchaîne les passions, suscite l’enthousiasme et provoque une querelle littéraire dont on parle encore aujourd’hui. Cette pièce est la plus célèbre de Pierre Corneille.

L’acte I scène 5 est rendu célèbre avec la scène de l’affront représentée avec deux personnages le comte de Gormas et Don Diègue. Don Diègue, ce grand d’Espagne a une carrière remarquable au service du roi Don Fernand. Il a été son bras armé, il a vaincu sur le champ de bataille dans la poussière et dans le sang. Un rival se présente, le comte de Gormas qui aspire à prendre la place de Don Diègue.

Cette rivalité entre deux grands, deux seigneurs se manifeste ainsi : qui va exercer le préceptorat sur le prince ? Qui va élever le prince au rang de futur roi ? Qui va assurer son éducation militaire ? Don Diègue et le comte de Gormas s’affrontent et cela se termine par ce soufflet, cet affront. « Ton impudence, Téméraire vieillard aura sa récompense ». Voilà la récompense du comte de Gormas, ce coup porté au visage de Don Diègue.  Don Diègue est à terre, il a perdu son épée, il a même cette envie de perdre la vie car son honneur est blessé.

Le théâtre est une représentation visuelle dont il faut étudier la mise en scène et le vocabulaire

Téléchargez le support de cours et le texte étudié en PDF.

En une image, l’importance des enjeux d’une scène grâce :

- aux personnages : Le roi, Don Fernand, celui qui a décidé de choisir un précepteur pour son fils, Don Diègue le valeureux guerrier. Don Gomez, son adversaire. C’est aussi le père de Chimène. Chimène qui est l’amante de Don Rodrigue. Don Rodrigue, fils de Don Diègue, qui aime Chimène qui l’aime. Au début de la pièce leur mariage est annoncé. Le don de l’épée. Don Diègue remet l’épée à son fils Rodrigue. Dans une pièce de théâtre,

- aux costumes sont essentiels. Ici avec la mise en scène de Jean Vilar, Les personnages sont vêtus à l’espagnol. Un effet de cuirasse sur Don Rodrigue. Don Diègue est représenté en grand d’Espagne avec son épaule bouffante.La fonction du costume est multiple, elle donne des symboles qui permet d’interpréter les choix de mise en scène de Jean Vilar. Représenter Rodrigue, ce fougueux guerrier et Don Diègue ce grand d’Espagne, dans une tragédie ces personnages sont de haut rang.

- aux accessoires aussi sont importants. Ils sont peu nombreux dans le théâtre classique et pourtant ils sont importants. Dans la scène précédente Don Diègue a perdu son épée. La revoici. L’épée représente la dimension guerrière du personnage.

- aux gestes. Don Diègue transmet son épée à Rodrigue, il y a un don, il y a une transmission de tout ce qui appartient au père au fils. Tout est résumé ici avec l’épée. Le regard du père sur le fils toute l’intensité de la passion, de la transmission, de la vengeance du père vers le fils et de la responsabilité pour Rodrigue de venger l’affront que vient de subir son père.

Lire et comprendre un texte de théâtre 

- Le vocabulaire. Celui de Corneille est particulier c’est celui du XVIIe siècle. Parfois, nous croyons que nous pouvons comprendre un mot alors que nous sommes induits en erreur. Exemples.

Le mot cœur signifie courage au XVIIe siècle. Courroux signifie colère. Sur l’heure, sur le champ. Un soufflet c'est une gifle. Généreux ici à la sens de noble.

Le mot affront. Cherchons les mots de la même famille. Front c’est la partie du visage. Le front c’est aussi une certaine forme d’impudence, de hardiesse. 

Le champ lexical de l’insulte est très important avec le mot outrage c’est cet outrage qui va justifier la suite de l’action dans la pièce.

- Les rimes. Dans le texte, capitaine rime avec Chimène. Pourquoi lier le Comte, grand guerrier, à Chimène ? Le Comte est le père de Chimène.

- L'impératif illustre l'ordre. 

 

L’enjeu de cette pièce est de savoir qui va être le précepteur du roi ? Qui va enseigner ces valeurs militaires au fils de Don Fernand ? Cette transmission des valeurs n’est pas sans conséquences, elle conduit à un affrontement des personnages qui fait la beauté paradoxale de la tragédie, cet affront mortel c’est le soufflet du Comte envers Don Diègue. L’adversaire de Rodrigue est un grand héros, un héros d’épopée qui sème la violence et la terreur sur le champ de bataille. . Don Diègue demande à son fils s’il a du courage, s’il est capable de défendre l’honneur de la famille.

L’essentiel du cours

Dans cette scène de tragédie, nous retiendrons les éléments suivants :

  • La passion de la force : l’importance de la passion des personnages : colère et fougue.
  • L’affront mortel : l’étude du vocabulaire indique l’importance de l’honneur comme valeur dans le théâtre de Corneille.
  • Un adversaire épique : Don Diègue dresse un portrait élogieux du futur adversaire de Rodrigue. Corneille dramatise le duel à venir.

Activités proposées :

  1. Apprenez et jouez la scène. Enregistrez-vous !
  2. Notez le vocabulaire de l’honneur et de la honte.
  3. Réécrivez la scène en imaginant que Rodrigue refuse la demande de son père. Vous inclurez une tirade de Don Diègue en colère.

 

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 07/04/20

Modifié le 30/04/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par