Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Première langue apprise en France, l'anglais est souvent considéré comme indispensable. Certains remettent en cause l'importance de son rôle et plaident pour une plus grande diversité dans l'enseignement des langues. Témoignages croisés.

Si apprendre la langue de Shakespeare est obligatoire dans plusieurs pays européens, comme aux Pays-Bas ou au Danemark, ce n'est pas le cas en France. L'idée a pourtant été défendue dans l'Hexagone par la commission Thélot (2003–2004). Dans son rapport, le groupe de travail recommandait de classer l'anglais comme un « savoir-faire » faisant partie du « socle des indispensables ». la maîtrise de l'anglais était considérée « comme une compétence essentielle ».

Jacqueline Quéniart, agrégée d'anglais et ex-membre de la commission, soutient cette position : « Je considère que l'anglais fait partie du bagage du citoyen du XXIe siècle. Selon moi, ne pas maitriser l'anglais de communication est handicapant. C'est la troisième langue en nombre de locuteurs, après le chinois et l'hindi, mais la seule langue internationale. »

Publié le 15/10/12

Modifié le 27/04/16

Retrouve ce contenu dans :