Depuis la fin du Moyen Âge, le convoi funèbre qui conduit la dépouille du souverain de son lieu de décès à celui de son tombeau est un haut moment des funérailles monarchiques. Le rituel connaît son apogée avec le cortège de Charles Quint à Bruxelles en 1558 et la présence symbolique des états vassaux, ainsi qu’avec celui de Henri IV traversant Paris en 1610 accompagné des différents corps de la population. Ses successeurs Bourbons sont conduits, de Saint-Germain pour Louis XIII, de Versailles pour Louis XIV, directement à Saint-Denis par un convoi composé de leurs seules Maisons religieuse, civile et militaire, excluant Paris sous le double aspect topographique et social. 
Quittant Versailles à 8 heures du soir le 9 septembre 1715, le char funèbre de Louis XIV chemine en une longue procession de 2 500 personnes endeuillées, qui serpente pendant une dizaine d’heures à la lumière des flambeaux, au son des tambours et hautbois de la marche composée par Philidor, et sous le regard d’une population animée de sentiments divers. Le transport nocturne s’explique pour des raisons de commodité sûrement, d’influence espagnole peut-être, mais aussi de symbolique chrétienne : traverser la nuit du trépas pour arriver à Saint-Denis comme à l’aube de la résurrection.

Marche et convoy funèbre de Louis le Grand roi de France […] le 9 septembre 1715 Anonyme ; éd. chez Jacques Chiquet, 1715.  Eau-forte Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie

Marche et convoy funèbre de Louis le Grand roi de France […] le 9 septembre 1715 - Anonyme ; éd. chez Jacques Chiquet, 1715 - Eau-forte
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie

Le 9 septembre 1715, le corps de Louis XIV quitte Versailles sur un char drapé de noir croisé d’argent aux armes de France, tiré par huit chevaux caparaçonnés de même. La Maison civile et militaire du roi, les courtisans et des membres de la famille royale composent le cortège. Le convoi de Louis XIV est l’occasion de la publication de plusieurs estampes de la part des grands éditeurs du temps, dont nous connaissons aujourd'hui quatre versions. 
Commandées à un graveur anonyme par leur éditeur, elles sont réalisées sans qu’aucune des personnes impliquées n’ait été présente sur place. Les représentations sont donc plutôt symboliques, et reprennent le modèle traditionnel des processions religieuses. Les lieux ne font figurer que quelques repères (Montmartre et Saint-Denis) et les personnages

Le roi est mort

Découvrez l’exposition Le Roi est mort au château de Versailles, jusqu’au 21 février 2016. Elle retrace les détails, étrangement peu connus, de la mort de Louis XIV, et à les mettre en regard avec celles des souverains européens de la Renaissance au siècle des Lumières. En accès libre, pour les visiteurs munis d’un billet, tous les jours, sauf les jours de fermeture du Château, de 9h à 17h30.

Voir le site

Publié le 25/01/16

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :